L’UMIH31 entre en campagne contre Antoine Maurice

Peut-on vouloir encadrer les locations de type Airbnb tout en louant une chambre de son propre appartement ? Pour Frédéric Michel, président de la branche hôtellerie de l'Union des métiers et des industries hôtelières de la Haute-Garonne (UMIH31), la réponse est non. Le directeur de l'hôtel Heliot à Toulouse s'est même fendu d'une lettre ouverte à Antoine Maurice, publiée sur la page Facebook de l'organisation professionnelle, pour dénoncer les contradictions apparentes du candidat d'Archipel citoyen Toulouse ensemble en la matière. L'hôtelier a découvert « par hasard » une annonce de ce dernier proposant la location d'une chambre de son appartement du centre-ville toulousain. « Cela me gêne car il dit dans son programme qu'il faut encadrer l'ubérisation des logements Airbnb. Je ne comprends pas qu'en parallèle, il nous fasse de la concurrence », explique Frédéric Michel.

Interrogé par Mediacités, Antoine Maurice reconnaît avoir louer une chambre de son appartement, « sept nuits en 2018 et six nuits en 2019, dont la dernière en juillet dernier » et « toujours dans le respect de la législation ». « J’ai mené ces rares opérations dans la perspective de percevoir un léger complément de revenu, suite à un changement de situation personnelle et dans l’esprit initial de la location de bien entre particulier », précise-t-il. L'annonce a été supprimée ce mardi.

Pas de quoi apaiser Frédéric Michel. « Le fait de mettre son logement en location et de l'avoir loué, ne fusse qu'une seule nuit, c'est une contradiction. C'est un discrédit pour lui », s'exclame l’hôtelier, qui reconnaît ne pas avoir cherché à rencontrer le candidat écologiste pour lui demander des explications.

« Je trouve inadmissible de chercher à confondre celles et ceux qui de façon exceptionnelle louent une partie de leur logement pour compléter des revenus modestes et ceux qui louent toute l’année des appartements à la nuit, privant les Toulousaines et les Toulousains de logements accessibles et participant par cette concurrence déloyale à l’ubérisation du secteur hôtelier », rétorque Antoine Maurice, qui a été à l'initiative d'une demande d'encadrement des meublés de tourisme en tant que conseiller municipal d'opposition. 

Et d'ajouter : « Il n’y a donc absolument aucune incohérence avec ce que nous proposons dans le projet d’archipel citoyen, lequel cherche à encadrer les dérives du business de la location meublée et non à culpabiliser les Toulousains et Toulousaines menant de petites opérations modestes et occasionnelles. Je suis étonné que le président du syndicat hôtelier ne pointe pas plutôt l’inaction de la majorité actuelle en la matière. »

Pour l'opposant du maire sortant, le courrier de ce représentant de l'UMIH 31 est « une tentative de déstabilisation » de sa candidature et de la liste qu'il conduit face à Jean-Luc Moudenc : « Le désir de changement à Toulouse est grandissant et le camp d'en face et ses sympathisants se crispent. Il n'est pas étonnant dans ce contexte de recevoir des "boules puantes" ».

Gael Cérez.

Précédemment dans l'Oeil

Irrégularités en série au « Toulouse Métro »

Plusieurs dirigeants du club mettent en cause le président du club et dénoncent plusieurs irrégularités.

Radicalisation dans le sport : la mairie dans le flou

Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a présenté un plan de lutte contre un phénomène difficile à évaluer.