Premier conseil municipal le 3 juillet dans la salle des Illustres du Capitole. Crédit @AP.

Les 26 adjoints du nouveau conseil municipal de Jean-Luc Moudenc

Le premier conseil municipal de l’ère Moudenc 3 a permis, ce vendredi, d'élire ses 26 adjoints, dont voici la liste. Les délégations ont finalement été dévoilées dans la soirée. 

Parmi ces adjoints, on retrouve une bonne moitié de fidèles du maire LR, comme le médecin Daniel Rougé, qui devient le 1er adjoint, en charge de la solidarité et de l'inclusion, soutenu par neuf conseillers municipaux (vie étudiante, handicap, logement, accueil des migrants...), l’ex députée Laurence Arribagé (2è adjointe, qui reste au sport), et le juriste Jean-Michel Lattes, désormais numéro 3, qui a préféré laissé sa place de premier adjoint pour se consacrer au dossier de la troisième ligne de métro. L’avocat Sacha Briand devient 5è adjoint en charge de la modernisation de la collectivité, aux côtés de Pierre Esplugas-Labatut (17è adjoint), porte-parole pendant la campagne, qui s'occupera désormais des affaires juridiques (tout en gardant sa délégation aux musées), et d'Annette Laigneau, qui devient 10è adjointe à l'urbanisme aux côtés de Souhayla Marty (18è), pour la qualité urbaine et à la délivrance des permis de construire.

Le maire en charge de l'écologie en ville

Dans un geste qui se veut fort, c'est Jean-Luc Moudenc, en personne, qui pilotera le portefeuille de "l'écologie en ville", épaulé par cinq conseillers délégués et deux adjoints, qui se répartiront les fleuves et canaux, les espaces verts, l'éclairage public, le vélo et les cheminements piétonniers ou encore la qualité de l'air.

De leur côté, Laurence Katzenmayer (14è) reste en charge de la petite enfance, Francis Grass (7è) de la culture, Pierre Trautmann (15è) de la commande publique et le Marcheur Jean-Claude Dardelet de l'Europe et de l'international, comme dans la précédente mandature. Du changement en revanche pour Olivier Arsac (9è), qui s'occupera désormais de la vie économique, du commerce, de l'artisanat et de l'emploi, aux côtés de Jean-Jacques Bolzan (11è) qui aura en charge l'alimentation et la restauration, tandis que Cécile Dufraisse (20è) récupère les terrasses. C'est Emilion Esnaut (13è) qui s'occupera de la sécurité publique et de la tranquillité. L’enseignante Marion Lalane de Laubadère (12è) reste à l'éducation,  tandis que la vie quotidienne et les démarches administratives reviennent au conseiller départemental Jean-Baptiste de Scoraille (21è).

Bien que présentés parmi les colistiers d’Aimer Toulouse comme de simples citoyens pendant la campagne, Djilali Lahiani (19è adjoint), Christine Escoulan (24è) et Ghislaine Delmont  (26è) exerçaient déjà, eux aussi, un mandat dans l’ancienne majorité. Ils seront respectivement en charge de l'accueil des jeunes et des loisirs, de la célébration des mariages et des relations avec les Français d'Afrique du Nord.

Quelques nouvelles têtes aux bien parcours politiques

En réalité, parmi les adjoints fraîchement élus, ils sont une minorité à être vraiment issus de la société civile, c’est-à-dire à n’avoir pas exercé de mandat politique. Et ces quelques nouvelles têtes ont à leur actif des parcours très politiques : la 22è adjointe Isabelle Ferrer est la secrétaire générale de la Fédération Régionale des Travaux Publics et s'occupera de l'emploi et de l'insertion dans les marchés publics ; la 4è adjointe Agnès Plagneux-Bertrand, ancienne présidente d’Aerospace Valley (numéro 4), s'occupera de la relation avec les acteurs économiques; ou encore la 6è adjointe Nicole Yardeni, ancienne présidente du CRIF Midi-Pyrénées, sera en charge de la relation avec les acteurs culturels, le conservatoire et les musiques.

A noter aussi l'absence, dans la liste de ces premiers de cordée (alors qu’ils figuraient en bonne place parmi les colistiers d’Aimer Toulouse) du député Jean-François Portarrieu, de l’avocate Julie Escudier, ou encore du médecin François Chollet et de l’entrepreneur Bertrand Serp, qui seront simples conseillers municipaux. Au contraire, le LR Maxime Boyer (23è), se voit confier un poste d'adjoint en charge des relations avec l'enseignement supérieur.

Deux Marcheuses ont été intronisées, en plus de Jean-Claude Dardelet : Patricia Bez, qui sera chargée de la santé (8è) et Valérie Jacquet-Violleau, de l'animation socioculturelle (14è). Malgré quelques MRSL, Divers droite, UDI et Agir, la famille politique du maire, Les Républicains, reste le groupe le plus représenté avec pas moins de sept adjoints : Laurence Arribagé, Sacha Briand, Cécile Dufraisse, Jean-Baptiste de Scorraille, Maxime Boyer, Annette Laigneau et Pierre Esplugas-Labatut.

Du côté de l'opposition, les groupes seront annoncés lors du prochain conseil municipal, le 10 juillet. D’après nos informations, le PS et le PCF devraient constituer leur propre groupe, tandis que Générations-s resterait unie à Archipel Citoyen.

Précédemment dans l'Oeil

Irrégularités en série au « Toulouse Métro »

Plusieurs dirigeants du club mettent en cause le président du club et dénoncent plusieurs irrégularités.

Radicalisation dans le sport : la mairie dans le flou

Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a présenté un plan de lutte contre un phénomène difficile à évaluer.