Inquiétantes difficultés de trésorerie pour la chaîne TV Vià Occitanie

Via Occitanie
Capture d’écran du site Vià Occitanie / © Vià Occitanie

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Frédéric Dessort

En difficultés financières, le groupe Vià pourrait payer ses salariés en retard le mois prochain et n'exclut pas une cessation de paiement.

Un média régional dans la tourmente ? Dans un message envoyé le 29 octobre aux salariés des chaînes de télévision du groupe « Vià », qui diffuse notamment les antennes de « Vià Occitanie », la direction a annoncé de possibles difficultés concernant le paiement des salaires du mois de novembre. Ce courriel, intitulé « Poursuite d’activité », explique la décision de la société de ne pas opter pour le chômage partiel. Objectif : assurer la continuité de la production des programmes habituels pendant le confinement. Un choix fait dans le contexte de la création « imminente » de la société BFM Vià-Régions, dont le capital sera partagé avec le groupe Altice Médias (BFM, RMC...). Mais cette opération, validée par le CSA au mois de mars, qui doit conduire notamment au lancement de BFM Toulouse, tarde à se mettre en place. Dès lors, explique la direction, « Il est fort probable que les délais de réception des fonds nécessaires au règlement des échéances nous amènent à devoir décaler vos rémunérations dues le 30 novembre. Malheureusement, il est fort probable que nous ne puissions pas honorer le paiement des salaires avant le 10 décembre ».

Pour Christophe Musset, patron de la holding « Vià Groupe », ces difficultés de trésorerie trouvent aussi leur explication dans le fonctionnement de l’entreprise et dans la baisse de chiffre d’affaires publicitaire. « Ce n’est pas la première fois que nous prévenons nos salariés d’éventuels problèmes de paiement, alors que nous pouvons avoir des retards de paiements de nos clients. Ces difficultés interviennent aujourd’hui plus particulièrement dans le contexte d’une forte baisse de notre chiffre d’affaires suite à la crise . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment