La rédaction de La Dépêche à Montauban. / © Google Street

A La Dépêche du Midi : Laurent Benayoun touché mais pas coulé

À l'instar des éditos de la presse nationale défendant un Nicolas Sarkozy, condamné pour corruption par la justice (il a fait appel depuis), La Dépêche du Midi est venue apporter son soutien à la maire Les Républicains de Montauban, elle aussi ennuyée par les juges. Alors que Brigitte Barèges avait été condamnée la veille pour détournement de fonds publics, Laurent Benayoun, le directeur de l’édition Tarn-et-Garonne du quotidien, a défendu l'édile dans un billet intitulé Les juges contre le peuple ?, publié le 10 février. Le journaliste s'y interrogeait sur « la pertinence morale d’une décision qui met un terme brutal à une carrière politique », alors que « par deux fois, depuis le début de l’affaire, les Montalbanais ont accordé leur confiance à leur maire, la renvoyer sans appel ? »

En interne, cette prise de position a surpris par sa virulence et secoué la ronronnante rédaction du quotidien régional. Dans un communiqué, le SNJ, syndicat majoritaire parmi les journalistes de La Dépêche, s'est insurgé contre un « billet indigne » où l'auteur « se livre à un exercice de démagogie populiste et d’insinuations contraires à la déontologie » de la profession. Le syndicat se demande, sans le nommer, « quelle mouche poujadiste a piqué l’auteur », dont il dénonce des « propos outranciers » et des « relents sensationnalistes ». La section syndicale vise aussi la direction à son plus haut niveau lorsqu’elle doute que La Dépêche puisse encore se targuer d’être « le journal de la démocratie ». Et de conclure : « Aucun journaliste de La Dépêche, digne de ce nom, ne saurait se reconnaître dans ce billet nauséeux ».

Selon nos informations, le communiqué du SNJ a été largement approuvé par les journalistes de La Dépêche, y compris ceux de l’édition du Tarn-et-Garonne. « Laurent Benayoun s’est discrédité aux yeux de tout le monde », considère un syndicaliste, requérant l'anonymat.

Un peu inattendu, ce mini séisme n’a pas pour autant changé les habitudes de l’édition du Tarn-et-Garonne où la famille Baylet a son fief. Longtemps farouches adversaires, le propriétaire du quotidien et Brigitte Barèges, sont devenus alliés pour s’opposer au président du département, Christian Astruc. C’est dans ce contexte que Laurent Benayoun - qui n'occuperait pas ses fonctions s’il n’avait pas la confiance de Jean-Michel Baylet - a rédigé son billet.

La fronde du SNJ ne serait-elle qu’un coup d’épée dans l’eau ? Pas tout à fait. La direction de La Dépêche, d’habitude si prompte à rappeler aux récalcitrants le sens de la hiérarchie, n’a cette fois pas réagi. Et pour le SNJ, c’est déjà une petite victoire.

Précédemment dans l'Oeil

Irrégularités en série au « Toulouse Métro »

Plusieurs dirigeants du club mettent en cause le président du club et dénoncent plusieurs irrégularités.

Radicalisation dans le sport : la mairie dans le flou

Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a présenté un plan de lutte contre un phénomène difficile à évaluer.