Selon notre calcul, 2 6131 communes se situent à 60 minutes en voiture d'une gare desservie par les futures LGV. / Crédit carte Adou - Mediacités

Future taxe LGV : votre commune est-elle concernée ?

Il y aura bientôt une ligne supplémentaire sur la feuille d’impôts de nombreux Toulousains. Le 12 novembre dernier, l'Assemblée Nationale a adopté un amendement permettant le prélèvement d’une nouvelle taxe. Celle-ci financera en partie le « Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest », dont le coût de la construction est estimée à environ 14 milliards d’euros et qui inclut la ligne grande vitesse entre Toulouse et Bordeaux.

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé en avril dernier que l’État mettrait la main au portefeuille via une enveloppe de 4,1 milliards d'euros finançant 40 % de la LGV Bordeaux-Toulouse. L'Union européenne financera elle 20 % du projet. Les collectivités des régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie doivent également apporter 40 % du montant. Une partie de cette contribution sera financée par un nouvel impôt devant collecter 24 millions d'euros par an.

Cette taxe LGV est limitée aux contribuables habitant à moins d’une heure en voiture des futures gares LGV, soit Bordeaux, Agen, Toulouse, Montauban (Bressols exactement) et Dax et Mont-de-Marsan

 

Voir en plein écran

Selon nos calculs, il s’agit donc d’un territoire de 2 631 communes. Les 4,3 millions d'habitants de cette zone ne seront pas tous concernés. Seront redevables, les personnes physiques ou morales (comme les entreprises) déjà assujetties à la taxe foncière, à la taxe d’habitation sur les résidences secondaires et à la cotisation foncière des entreprises.

Combien cela coûtera ? Tout dépend de la situation du contribuable. Citée par 20 minutes, Carole Delga, la présidente socialiste de la Région Occitanie Carole Delga, estime que « cette nouvelle taxe devrait représenter 3 à 4 euros de plus par an et par foyer qui paie la taxe foncière ». La mise en place de cette taxe LGV est prévue en janvier 2023.

Précédemment dans l'Oeil

La cour d’appel de Toulouse manque toujours de personnel

Pour le premier président et le procureur général de la cour d'appel de Toulouse, les effectifs de magistrats et de fonctionnaires ne sont pas à la hauteur des besoins.

Le trafic aérien : trou noir du rapport Lagleize-Pinel sur l’avenir de l’aéronautique

Les députés Lagleize et Pinel estiment que l’aéronautique pourra réduire son impact carbone sans passer par une baisse du trafic.