Un habitant du squat Babinet à Toulouse. / Crédit photo Dorian Cabrol

Squat Babinet : Neuf jours sans électricité au cœur de l’hiver

Ouvert depuis deux ans, le squat de la rue Jacques Babinet, près de l’université Jean-Jaurès à Toulouse, héberge près de 250 personnes, des exilés pour la plupart. Le 30 décembre, des infiltrations d’eau dans ce bâtiment vétuste ont forcé les pompiers à couper l’électricité par mesure de sécurité. Du jour au lendemain, les occupants des lieux se sont retrouvés sans chauffage ni eau chaude alors que l’hiver bat son plein. « C’était très dur. On a souffert. On ne dormait plus. On ne pouvait plus se chauffer ni se laver », raconte Mamadou, originaire de Guinée, qui vit sur place depuis un an et demi.

Au bout de quelques jours, l’association Répit (Réseau d’entraide populaire internationale toulousain), très active sur l’immeuble, a contacté la mairie pour que le courant soit rétabli. La municipalité a renvoyé la balle au conseil départemental de Haute-Garonne, qui a renvoyé lui-même la patate chaude à la maison des solidarités de Bagatelle, celle-ci ne pouvant pas y faire grand-chose cependant. Au courant de l’existence du squat, la Préfecture avait-elle connaissance de la situation dégradée ? Toujours est-il que les services de l’État ne sont pas intervenus.

Au final, ce sont les habitants eux-mêmes qui ont rétabli l’électricité le 7 janvier. Un retour à la normalité énergétique qui leur permet d’utiliser à nouveau leurs quelques chauffages électriques d’appoint fournis par des associations ou encore pour manger chaud.

Les conditions de vie restent néanmoins très précaires dans cet immeuble de trois étages. Les 250 habitants ne disposent que de huit toilettes, dont plusieurs ont . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

Le retour de Sandrine Mörch au journalisme fait des vagues à France Télévisions

Une phrase malheureuse de l'ex-députée de Haute-Garonne a provoqué l'ire du syndicat national des journalistes de la chaine publique que compte réintégrer Sandrine Mörch.

Législatives 2022 : Fabien Jouvé conteste l’élection de Monique Iborra dans la 6e circonscription de Haute-Garonne

Le candidat de la Nupes vient de saisir le Conseil constitutionnel, car plusieurs anomalies ont été relevées dans le scrutin de dimanche, remporté de quatre voix seulement par son adversaire de la majorité présidentielle.