Gérald Darmanin persiste et signe sur le cumul des mandats. Interrogé à ce sujet dimanche 16 septembre sur France 3 Hauts-de-France, lors de l’émission « Dimanche en politique », le ministre de l’action et des comptes publics a une nouvelle fois justifié de pouvoir exercer, en plus de ses fonctions au gouvernement, la bagatelle de trois mandats locaux (maire-adjoint de Tourcoing, vice-président de la Métropole européenne de Lille, conseiller régional des Hauts-de-France). Tout en prétendant le faire de manière désintéressée. « Je ne prends aucune indemnité à la mairie de Tourcoing et à la Métropole », a-t-il insisté. Mais cette déclaration en apparence altruiste passe sous silence une chronologie des faits beaucoup moins favorable.

Le passage sur le cumul des mandats commence à 8'50''

Gérald Darmanin a, en effet, été obligé de respecter le plafond légal qui s’impose aux ministres de la République. « Vous n’avez pas le droit, vous êtes écrêté. C’est la loi. Vous ne pouvez pas tout cumuler… », lui a rappelé la journaliste Véronique Marchand sur le plateau de France 3. « Ce n’est pas vrai », a répondu le ministre, catégorique. Un démenti formel étonnant car la loi qui fixe un plafond d'indemnités est appliquée depuis plus de 25 ans (pour être précis, il s’agit de l’article 23 de la loi 92-108 du 3 février 1992). Un membre du gouvernement ne peut percevoir plus d’une demi fois l’indemnité mensuelle de base d’un député - soit 2799,90 euros brut -, en plus son traitement de ministre (9940 euros brut). Sachant que Gérald Darmanin touche 2780,96 euros en tant que conseiller . . .

Il vous reste 59% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !