« Bébés Coca », six mois après : entre espoir, indignation et déni

Après la parution de notre enquête, publiée en juin dernier, consacrée aux ravages des boissons sucrées sur les dentitions des enfants en bas âge, vous avez été des milliers à réagir et à témoigner. Mais que reste-t-il, une fois l’émotion passée ? Les pouvoirs publics ont-ils bougé, les élus se sont-ils emparés du sujet ? Premiers éléments de réponse.

2022-11-bébés-coca-Matthieu-Lemarchal
Dans les Hauts-de-France, un certain nombre d’enfants en bas âge ne consomment que des boissons sucrées. Illustration : Matthieu Lemarchal.

«Nous sommes la plus jeune région de France, et aussi celle qui a le plus de problèmes de santé. Il faut qu’un vrai travail soit fait sur le Coca-Cola, comme sur la cigarette. » Karima Delli, députée européenne et conseillère régionale, a vivement réagi, lors de la séance plénière à la Région organisée le 23 juin dernier, à la publication de notre enquête sur les « bébés Coca ». Et elle n’a pas été la seule, loin de là.

Béatrice Mestdagh, médecin au sein de l’équipe des IHAB (pour Initiative hôpital ami des bébés) et pédiatre à la maternité Jeanne de France du CHU de Lille, estime assister à une véritable prise de conscience. « Quand j’étais jeune maman, on ne parlait pas des bébés Coca. J’avais une belle-sœur qui donnait du lait concentré à son enfant, ça me choquait, mais personne ne réagissait », raconte-t-elle.       

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Virginie Menvielle