Bourse au mérite : 25 bacheliers environ disent finalement niet à Wauquiez

Une vingtaine de lycéens ont rejoint les signataires de la lettre ouverte qui s’oppose à "la bourse au mérite" de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Un dispositif qui récompense de 500 euros, sans condition de revenu, les bacheliers ayant obtenu la mention "Très bien".

photo bac – 2
La région étend timidement son dispositif “bourse au mérite” à des lycéens ayant effectué un “parcours remarquable” (@Mediacités).

"Le mérite se trouve dans le chemin parcouru et non dans le but atteint ». Le 4 juillet dernier, à la veille des résultats du baccalauréat, Mediacités publie la lettre ouverte de quatre lycéens lyonnais adressée au président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez (LR). Persuadés qu’ils obtiendront la mention "Très bien" – cela s’est confirmé – Emma, Jules, Lola et Robin annoncent qu’ils s’opposent à « la Bourse au mérite » instaurée depuis 2016 par la collectivité. Le dispositif récompense de 500 euros les bacheliers qui décrochent la reine des mentions, sans prise en compte aucune des conditions de revenu.

La bande des quatre s’engage alors à reverser leurs bourses à des associations pénalisées par le désengagement financier de la région. Et ils invitent les autres bacheliers d’Auvergne-Rhône-Alpes à les imiter ou à soutenir leur initiative. Tout le monde n’a pas la mention "Très bien"… Résultat, près de deux mois plus tard ? « Une vingtaine d’autres mentions "Très bien" nous ont rejoint, annonce à Mediacités Emma. Et environ 200 lycéens nous ont manifesté leur soutien par mail. »

« Audace » versus « mépris de classe »

Reprise par d’autres médias et sur les réseaux sociaux, la lettre ouverte fait le buzz pendant quelques jours début juillet. Les uns applaudissent – « Merci, jeunes gens, pour votre conscience politique et pour votre audace », commentait un de nos lecteurs. Les autres critiquent . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Nicolas Barriquand