Pourquoi le projet de cession du FC Nantes à un étrange fonds d’investissement britannique a-t-il capoté in extremis en juin dernier ? Au-delà du « manque de garanties » pointé alors par l’actuel président-propriétaire, Waldemar Kita, la lecture du bilan comptable de la saison 2018/2019, qui vient d’être déposé, apporte un autre éclairage. On y apprend que le club des bords de l’Erdre (46 millions d’euros de budget) est devenu une belle machine à se rembourser pour l’homme d’affaires franco-polonais.

Si la SASP FC Nantes a enregistré l’an dernier un résultat net positif de 514 000 euros, ce chiffre demeure peu significatif. Comme souvent avec les clubs de foot français, c’est du côté de la balance des transferts qu’il faut regarder (soit, techniquement le résultat d’exploitation pondéré par le résultat exceptionnel). Et là, c’est le jackpot pour Waldemar Kita avec un résultat positif de 13,84 millions d’euros. Depuis son rachat des Jaune et Vert il y a presque 13 ans, jamais il n’avait atteint de tels sommets. Une réussite construite grâce à la vente de joueurs
Échelonnement
Désormais les paiements des transferts sont le plus souvent échelonnés. Dans le cas du défunt Emiliano Sala, il s’agit par exemple de trois versements entre janvier 2019 et janvier 2021. Soit 6 + 6 + 5 millions d’euros pour arriver au total de 17 millions d’euros. Le 30 septembre dernier, la FIFA ordonnait ainsi au Cardiff City FC . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.