Il y a quatre ans, le 7 novembre 2017, les compliments pleuvent alors qu’on inaugure les nouveaux locaux de l’école des Beaux-Arts de Nantes (EBANSN), dans les anciennes halles Alstom numéro 4 et 5 de l'Ile de Nantes, au cœur du “Quartier de la création”. Devant un parterre d’une centaine d’invités, dont son prédécesseur Jean-Marc Ayrault, le maire (PS) de Saint-Nazaire David Samzun ou la préfète de Loire-Atlantique de l’époque Nicole Klein, Johanna Rolland se félicite : « L’installation de l’école des Beaux-Arts dans ses propres locaux constitue un événement de première importance, à l’échelle de la métropole nantaise et bien au-delà », explique la maire (PS) de Nantes et présidente de Nantes Métropole.

Pourquoi un tel enthousiasme ? Tout simplement parce que le montage financier mis sur pied pour offrir à l’établissement de nouveaux locaux est inédit et qu’il ménage les deniers publics. Sur les 34,5 millions d’euros hors taxes de budget de  construction, 58% sont financés par des prêts souscrits par l’EBANSN elle-même. Nantes Métropole n’a à débourser que 4,1 millions d’euros, tandis que 4 millions proviennent de l'État, 3,5 de la Région Pays de la Loire et 3 du Département de la Loire-Atlantique. Un « investissement massif de l’école » qui doit garantir son rayonnement et une relative autonomie financière, comme le souhaitait son inamovible directeur, Pierre-Jean Galdin. 
Un chèque de 38 millions d'euros
Quatre ans après ces discours élogieux et rassurants, ce doux . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Thibault Dumas  et  Antony Torzec
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.