Il y a 4800 à 5400 SDF à Toulouse

La mairie a lancé un travail de recensement des personnes dites « sans résidence stable ». Ils sont environ 5 000 à Toulouse. En creux, la nécessité de développer les hébergements d'urgence n'en est que plus criante.

SDF Toulouse
Quand Toulouse mène la vue dure aux SDF… Les méthodes de la police municipale toulousaine sont contestées par plusieurs sans-abri. Illustration: Jean-Paul Van Der Elst

Entre 4800 et 5400 : c'est le nombre de personnes dites « sans résidence stable » recensées, courant mars 2019, à Toulouse. Leurs situations sont diverses : ils peuvent être dans la rue ponctuellement ou en permanence (200 seraient dans ce cas), logés en squat ou hébergés en hébergement d'urgence… Ce décompte  été effectué par la cellule « Logement d'Abord » de la mairie de Toulouse, en lien avec le SIAO (organisme gestionnaire du 115) et plusieurs associations ou collectifs impliqués sur le terrain : Médecins du Monde, Restos du coeur, Croix Rouge, Collectif d'entraide et d'innovation sociale (Cedis), l'association Droit au Logement (Dal), Secours Populaire…      

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Frédéric Dessort