Entre 4800 et 5400 : c’est le nombre de personnes dites « sans résidence stable » recensées, courant mars 2019, à Toulouse. Leurs situations sont diverses : ils peuvent être dans la rue ponctuellement ou en permanence (200 seraient dans ce cas), logés en squat ou hébergés en hébergement d’urgence… Ce décompte  été effectué par la cellule « Logement d’Abord » de la mairie de Toulouse, en lien avec le SIAO (organisme gestionnaire du 115) et plusieurs associations ou collectifs impliqués sur le terrain : Médecins du Monde, Restos du coeur, Croix Rouge, Collectif d’entraide et d’innovation sociale (Cedis), l’association Droit au Logement (Dal), Secours Populaire…      

🤚STOP Cet article est réservé à nos abonnés.
 Cependant…
😀 Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !