Le controversé Dr Charbonier accusé de négligence médicale

A la suite de la dénonciation d’un patient qui a subi une opération chaotique, le Procureur de la République de Toulouse a ouvert une enquête sur ce médecin anesthésiste, bien connu des lecteurs de Mediacités pour ses activités d'hypnose censées permettre un contact avec les morts.

l’homme qui parle aux morts
Illustration : Jean-Paul Van der Elst

François Cuello sort d’un cauchemar printanier. Dans la matinée du 17 avril 2019, cet informaticien à la retraite, paisiblement installé sur les hauteurs d’Aureville (Haute-Garonne), est opéré du rein gauche par le Dr Guillaume Loison à la Clinique Capio Croix-du-Sud. L’intervention, réalisée à l’aide d’un robot piloté par le chirurgien urologue, dure environ trois heures. Elle vise deux kystes potentiellement malveillants et semble se dérouler sans histoire. Toutefois, lors de son retour en chambre, le patient révèle un fait étrange à sa compagne Marie-Claude. « J’ai tout senti mais je ne pouvais pas bouger, lui raconte-t-il, incrédule et paniqué. J’ai souffert, j’ai l’impression que cela a duré une éternité. »

Alerté, le Dr Loison lui rend aussitôt visite. « Il m’a assuré que ce n’était pas un problème de chirurgie mais d’anesthésie, confie François Cuello à Mediacités. Il m’a expliqué que je n’étais probablement pas complètement endormi. » Le patient commence à comprendre l’enfer auquel il vient d’être confronté : « Avant l’opération, on vous injecte du curare, un anesthésiant et un antalgique. Le curare bloque les muscles pour que vous ne bougiez pas pendant l’opération ; l’anesthésiant vous endort ; et l’antalgique combat la douleur. Or là, à un moment, je n’avais plus d’anesthésiant et plus d’antalgique. Le curare, lui, me paralysait. Je ne pouvais pas bouger, ni avertir quelqu’un de ce que je sentais, ces trocarts qui me perforaient le corps. »  . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Philippe Kallenbrunn