Lille‐Lesquin : ce que dit l’étude d’impact sur l’agrandissement de l’aéroport

Mediacités s'est plongé dans les 8 000 pages du dossier d’enquête publique portant sur l’extension de l’aéroport lillois, dont les travaux doivent débuter fin 2022. Bilan carbone, bruit, bétonisation : l’étude d’impact peine à rassurer les associations écologistes et les riverains.

2022-02-aeroport-lille-lesquin-agrandissement
Une vue en images de synthèse de l'aéroport de Lille-Lesquin à l'issue du projet d'agrandissement / Photo : ENIA Architectes

« On s’est mis à plusieurs pour les compter. » Constant Motte, coprésident de l’association Non à l’agrandissement de l’aéroport de Lille (NADA), recense 8 000 pages dans le dossier numérique de l’enquête publique portant sur la modernisation de l’aéroport de Lille‐Lesquin, mis en ligne lundi 10 janvier. Le militant écologiste admet boire « beaucoup de café » ces derniers jours pour approfondir le dossier et espérer peser sur la consultation, ouverte jusqu’au lundi 14 février. « C’est une stratégie classique pour ce type de grands projets : des rapports très longs, qui fourmillent d’annexes et qui ne laissent pas le temps de produire une contre‐expertise indépendante », juge‐t‐il.

Au milieu des dizaines de pièces administratives, on trouve toutefois un guide de lecture et un « résumé non‐technique » (121 pages) qui synthétise les grands points de tension du dossier : émissions de gaz à effet de serre, qualité de l’air, impact pour les sols et les sous‐sols, etc. « Abondamment illustré, le résumé non‐technique est particulièrement clair et didactique », relevait l’Autorité environnementale dans un avis rendu en novembre 2021. Mais « sur le fond, il présente les mêmes qualités et défauts que l’étude d’impact [déposée l’été dernier, NDLR] », tranchent les experts.

Il faut dire qu’Aéroport de Lille (ADL), le concessionnaire dont Eiffage est l’actionnaire majoritaire, a vu grand : 100,9 millions d’euros d’investissements d’ici la fin de la délégation de service public, en 2039. Objet des travaux ? Une « modernisation » présentée comme indispensable pour mettre les installations en conformité avec les règles de sécurité aériennes et pour accueillir jusqu’à 3,9 millions de passagers en 2039, contre 2,2 millions en 2019. Dans le détail, 13 % (13,4 millions d’euros) de l’investissement prévu concerne la mise aux normes, le reste (87,5 millions d’euros) étant destiné à un agrandissement que beaucoup, des communes limitrophes aux associations écologistes, jugent dangereux pour l’environnement.

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 9 minutes

Favorite

Par Pierre Leibovici