220 ou 800 emplois détruits ? Bataille de chiffres chez l’équipementier Jtekt, au sud de Lyon

Implanté à Irigny, le fabriquant japonais de pièces automobiles a annoncé la suppression de 220 postes d'ici mars 2021 mais la CGT considère que 500 autres emplois seraient menacés sur ce site de pointe, développé avec l'aide financière de la Métropole de Lyon. Une estimation contestée par la direction.

unnamed
Vue aérienne de l’usine Jtekt et de sa piste d’essais, à Irigny , au sud de Lyon. / © Photo : Andia

Un plan social peut-il en cacher un autre ? A Irigny, au sud de Lyon, c’est la crainte exprimée ces derniers jours par les représentants CGT des salariés de Jtekt. Installé le long du Rhône, cet équipementier automobile, filiale d’un groupe japonais lui-même composante du groupe Toyota, emploie près de 1700 personnes sur ce site qui regroupe son siège européen, sa division recherche et développement et son usine de production de directions hydrauliques et électriques.  

En septembre dernier, le groupe a annoncé un plan de réduction de 20% de ses effectifs dits « indirects », c’est-à-dire des « cols blancs » qui ne sont pas directement rattachés à la production. Transposé à d’Irigny, il se traduit par un objectif de

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Mathieu Périsse