Olympique lyonnais : pourquoi la vente de la LDLC Arena est inquiétante

La salle de sports et de spectacles qui ouvre ses portes à Décines le 23 novembre a été mise en vente par John Textor, le nouveau propriétaire de l’OL Groupe. Une décision qui va à l’encontre de la stratégie menée par son prédécesseur Jean-Michel Aulas et qui suscite bien des doutes et des questions.

2023-11-LDLC Arena-OL Vallee
La salle LDLC Arena, nouvel équipement de l'OL Vallée, doit être inaugurée ce 23 novembre 2023. Photo : MaxPPP.

Pas encore inaugurée et déjà mise en vente par son propriétaire. C’est le cadeau de naissance de John Textor, le nouveau patron de l’Olympique lyonnais, à la salle de sports et de spectacles ultramoderne qui ouvre ses portes jeudi 23 novembre, à Décines, au cœur de l’OL Vallée. Pour son premier événement, elle accueille le match d’Euroligue de basket opposant l’Asvel au Bayern Munich.

Baptisée LDLC Arena par la grâce d’un contrat de naming avec le distributeur de matériel informatique, cette salle « multifonctionnelle » de 6 000 à 12 000 places, se serait bien passée d’une telle publicité. Un bad buzz qui vient contredire les discours vantant ses performances techniques, comme son « cube », un écran géant suspendu à quatre faces de 140 mètres carrés, ou le fait qu’elle serait « le premier équipement sportif au monde en terme de production photovoltaïque ». Pourquoi, alors, se débarrasser d’une telle merveille ?

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Temps de lecture : 7 minutes

Favorite

Par Yves Adaken