Petits “meurtres” entre amis à La République en marche de Loire-Atlantique

Dur de transformer une machine de guerre électorale toute neuve en un parti présidentiel structuré, prêt à exercer le pouvoir… Alors que LREM vient de tenir sa convention nationale et de nommer Christophe Castaner à sa tête, illustration avec la branche locale du parti, secouée par les différends politiques et les querelles de personnes.

En Marche
Le Zénith de Nantes, avant le meeting présidentiel d’Emmanuel Macron, le 19 avril 2017 / Photo: SIPA/AP Photo/David Vincent

«Je ne répondrai pas à vos questions. Le linge sale, on le lave en famille ! » Le ton est donné. Ancien coordinateur régional d’En Marche, conseiller municipal d’Orvault et désormais conseiller politique du groupe de la majorité à l’Assemblée Nationale, Hugo Oillic refuse de répondre à Mediacités. Le mouvement fondé par Emmanuel Macron a beau professer la transparence et se dire en rupture avec les vieilles habitudes politiciennes, certains se referment comme une huître dès que l’on tente de comprendre un peu mieux sa cuisine interne. Comme dans n’importe quel « vieux parti »… Pourtant, quoi de plus légitime que de s’intéresser à la formation dont sont désormais issus neuf députés de Loire-Atlantique sur dix, et dont le nombre d’adhérents (9000) dépasse très largement celui du PS ou des Républicains dans le département ? Quoi de plus normal que de vouloir comprendre pourquoi elle a vu en moins de six mois quatre "référents" (le responsable à l’échelle du département, dans le langage « marchien ») se succéder à sa tête, un record en France.
L'épineuse succession de Valérie Oppelt
A défaut d’obtenir des réponses de certains des principaux intéressés, reprenons l’histoire depuis le début pour essayer de comprendre le pourquoi de cette valse des premiers de cordée. Tout commence à l’été 2016. Quatre mois après le lancement d’En Marche à Amiens par Emmanuel Macron, un petit groupe de Nantais issu du monde de l’entreprise se forme. A sa tête: Valérie Oppelt de Kerever, 42 ans, ancienne cadre supérieure dans une PME. Celle-ci ne compte pas son temps pour l’organisation de réunions d’appartement et d’ateliers de réflexion pour En Marche. Nommée référente . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Antony Torzec