Aéroport Nantes-Atlantique : grand flou autour du réaménagement et ras-le-bol des élus

Des réunions annulées, des documents manquants, une procédure flottante, un sous-préfet disparu... La « gouvernance ouverte » promise par l’État en 2019 sur le réaménagement de Nantes-Atlantique s’est muée en un dialogue de sourds. Élus, riverains, associations et acteurs économiques dénoncent le manque de transparence sur l'avenir de l’aéroport nantais.

Nantes_Atlantique_avions
Avions au parking sur l’aéroport de Nantes-Atlantique. / Image : Google Earth

C'était promis, juré : « L’État s'engage pour une meilleure transparence et pour une gouvernance ouverte », pouvait-on lire le 28 octobre 2019, en gras, dans le dossier de presse présentant le projet de réaménagement de Nantes-Atlantique. Cette « gouvernance » devait trouver sa traduction dans la « comitologie » mise en place par la préfecture de Loire-Atlantique : comité de suivi des engagements, comité de pilotage stratégique, groupe contact, commission consultative environnement (CCE) et commission consultative d'aide aux riverains (CCAR), entre autres. Sauf que... 

Sauf que « le comité de pilotage stratégique ne s'est jamais réuni, le comité de suivi des engagements ne s'est réuni qu’une fois, en octobre, et lorsque nous demandons où en est le dossier en réunion du groupe contact, nous n'avons pas de réponse ! », assure Jean-Claude Lemasson, maire de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu.
« Beaucoup de réunions, dont il ne ressort pas grand-chose »
Un point de vue partagé par Hervé Neau, maire de Rezé : « Nous voulons être au cœur des décisions pour pouvoir informer la population. Cela prend du temps, mais ce temps est très mal employé : il y a beaucoup de réunions dont il ne ressort pas grand chose. » Claire Guiu, adjointe en charge de l'aménagement à Rezé abonde : « L’État s'était engagé sur une gouvernance ouverte, mais les modes de faire ne sont pas à la hauteur » Évoquant notamment des réunions organisées dans la précipitation, avec des « supports d'information transmis à la dernière minute. »

Pourtant, le sujet est d'actualité et la transparence devrait être de mise : deux consultations publiques sont ouvertes depuis le 29 avril.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Isabelle Jarjaille