Un dramaturge fasciste au théâtre Garonne

Début janvier, le théâtre Garonne a mis à l'honneur l'auteur italien Luigi Pirandello, sans préciser le parcours fasciste de ce dramaturge. Un engagement politique passé sous silence ou minimisé dans le milieu du théâtre, mais confirmé par des spécialistes de l'histoire italienne.

Theatre-Garonne-Toulouse-2
Le théâtre Garonne à Toulouse / © Christelle Molinié

Peut-on dissocier l’homme de son œuvre ? Avec les récentes polémiques concernant les réalisateurs Roman Polanski, Woody Allen, ou les affaires plus anciennes de pédophilie ou de violences conjugales de Michael Jackson et de Bertrand Cantat, pour beaucoup, la réponse est non.

La question se pose également pour Luigi Pirandello (1867-1936), dramaturge italien dont l'une des œuvres était à l'affiche du théâtre Garonne, à Toulouse, du 8 au 11 janvier dernier. Reconnu pour avoir révolutionné les techniques de la dramaturgie moderne, cet écrivain, poète, romancier et nouvelliste est toujours, 84 ans après sa mort, considéré comme un génie, un « grand maître », selon le dossier de presse de la pièce coproduite par le théâtre Garonne. Un CV glorieux qui fait l'impasse sur le fascisme revendiqué de l'auteur de son vivant.

Interrogée par Médiacités, Bénédicte Namont, directrice adjointe du théâtre Garonne ne comprend pas ce qu’on peut bien reprocher à Pirandello : « Il a peut-être été fasciste un moment, comme l’ont été beaucoup de gens à cette époque, mais il a rapidement mis des distances avec le régime, surtout quand il a pris une envergure internationale. Si vous dîtes qu’il était fasciste, vous allez vous ridiculiser ! ». Une version attestée par la fiche Wikipedia de l'auteur italien où on apprend qu'en « 1924, Pirandello adhère au fascisme et rencontre Mussolini. Mais il ne s'engagea jamais activement en politique. Son activité théâtrale internationale l'écartera peu à peu du régime fasciste, dont il supporte mal la suspicion et l'autoritarisme ». 

De plus, ajoute la directrice du th . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Eric Dourel