Les quartiers toulousains oscillent entre solidarité populaire et fébrilité institutionnelle

Le quartier toulousain de la Reynerie a connu quelques poussées de fièvre depuis le début du confinement. Sur le terrain, collectifs, habitants et associations tentent d’organiser la solidarité sans attendre les autorités qui essaient, elles aussi, un peu tardivement, d’atténuer les tensions.

affiche partie haute-779ae0ceae584ffba83549dd4dac8684_sb900x555_bb3x80x900x450
La collecte a pratiquement atteint son objectif de 50 000 euros. / DR

C’est un changement de ton notoire. Le 3 avril dernier, au lendemain d’incidents entre police et jeunes survenus dans le quartier de la Reynerie, le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc avait indiqué avoir demandé à la police « de s’investir davantage sur ces questions-là, d’accentuer ses efforts sur certains quartiers ». Et d’assurer qu’il allait « poser la question au préfet de l’opportunité de prendre un arrêté de couvre-feu ».

Ce vendredi 24 avril, il a ouvert sa visioconférence de presse désormais hebdomadaire en évoquant longuement les quartiers prioritaires de la ville (QPV, la ville en compte 12 où vivent autour de 60 000 habitants) et en détaillant les mesures de solidarité prises par la municipalité. Interrogé par Mediapart sur la question de savoir si l’option couvre-feu était toujours sur la table, il a botté en touche, renvoyant au préfet la responsabilité d’une telle mesure. Qui ne semble plus à l’ordre du jour.

Les émeutes qui ont éclaté dimanche soir dans plusieurs villes de banlieue, quartiers populaires et cités de France, à la suite des faits de violences policières de Villeneuve-la-Garenne, ont-elles inquiété les autorités locales ? À Toulouse, des incidents ont eu lieu dès le dimanche soir, puis le mardi soir dans le quartier de la Reynerie, traditionnellement l’un des plus « chauds » du Grand-Mirail, dans le sud de la ville.

Des « épisodes brefs dans la durée », selon la préfecture qui recense des poubelles brûlées et six voitures incendiées. Aucune interpellation n’a eu lieu, « mais des enquêtes sont en cours sous l’autorité du parquet pour déterminer les responsables de ces agressions envers les policiers ». Ce samedi matin, La Dépêche fait encore état d’un accrochage survenu hier soir dans le même quartier avec un véhicule de police pris à partie lors . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par No guest author exists with the given ID (97954).