Crise sanitaire : Toulouse Métropole dorlote Indigo et GL Events

Malgré des finances solides, des délégataires de service public, comme Indigo et GL Events, pourront retarder le paiement de leurs redevances. Un report temporaire avant l'ouverture de négociations sur des contrats déjà très favorables au privé.

DSC_0554
Le parking du Capitole, géré par la société Indigo (Photo : Sylvain Morvan)

Le 26 mars 2020, en plein confinement, Toulouse métropole a annoncé des mesures dites « d'urgence économique » pour un montant de 30,7 millions d'euros, détaillées par La Tribune.

Parmi celles-ci, une ligne passe inaperçue : le « report des facturations des redevances liées aux délégations de service public », c'est-à-dire la part que la métropole récupère sur les bénéfices des services exploités par le privé. Pour la collectivité, il s'agit de soutenir les délégataires face à la baisse de leurs recettes, qu'il s'agisse des équipements culturels (fermés administrativement) ou des parkings, dont la fréquentation aurait baissé de plus de 95 % entre mars et mai, selon la Fédération nationale des métiers du stationnement         

« Il ne s’agit pas d’une exonération de redevance, mais simplement de la décaler au cours du second semestre 2020, précise le service presse de la métropole à Mediacités. Néanmoins, à l’issue de la crise, lorsqu’elle . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Isabelle Jarjaille