Toujours rentable, Vinci Autoroutes profite pourtant des aides de l’État sur le dos de ses salariés

Malgré des bénéfices importants au premier semestre, Vinci Autoroutes vient d’obtenir la prise en charge par l’État de l’activité partielle de ses salariés. Et, contrairement aux pratiques dans ce secteur, elle ne compensera pas les baisses de salaire.

Vinci
/ © Vinci Autoroutes

Trois mois après le premier confinement, les actionnaires de Vinci Autoroutes ont touché, comme chaque année, le jackpot : 1,3 milliard d'euros de dividendes correspondant au solde à payer pour l'année 2019. Si d'autres entreprises, comme Eiffage, également exploitant d'autoroutes, ont annoncé dès le mois mars qu'elles renonceraient au versement des dividendes en 2020, rien de tel chez Vinci Autoroutes. Pourquoi priver les actionnaires alors que les trois filiales du groupe (ASF, Escota et Cofiroute) ont produit 531,5 millions d'euros de bénéfices au premier semestre 2020, malgré la baisse du trafic ? Pas suffisant, en revanche, pour que le groupe renonce à demander l'aide de l’État.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Isabelle Jarjaille