Handicap : le procès de 16 handi-militants devient celui de l’accessibilité du tribunal de Toulouse

Ce mardi 23 mars, seize personnes en situation de handicap étaient poursuivies devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour avoir bloqué la gare et l’aéroport de Toulouse en 2018. Les militants – qui dénoncent l’inaccessibilité des lieux recevant du public – ont pu en faire la démonstration avant, pendant et après l’audience.

Maurin Tribunal
Odile Maurin et des militants en situation d’handicap, avant leur procès le 23 mars. / © Lola Cros

En bloquant un TGV en gare Matabiau en octobre 2018, puis en s’invitant sur les pistes de l’aéroport Toulouse-Blagnac deux mois plus tard, 16 militants en situation de handicap voulaient démontrer le « validisme » de notre société. Un « validisme » qui exclut de fait les personnes en situation de handicap, entrave leur mobilité, leur liberté, et les place systématiquement en position de « personnes à charge ». Leur procès, ubuesque, ce mardi 23 mars, était attendu comme une tribune par ces militants. Démonstrations à l’appui.

Le ministère public les poursuivait pour « entrave à la mise en circulation d’un train TGV » en gare de Toulouse le 28 octobre 2018 et pour « entrave au trafic aérien », le 14 décembre 2018, quand ils s’étaient introduits sur les pistes de l’aéroport Toulouse-Blagnac. Ces deux actions ont touché « environ 500 passagers » dans le premier cas et « 17 avions retardés, 8 avions déroutés et 1 857 passagers » dans le second.

Mais pour ces militants, la première entrave était... les marches de l’entrée du tribunal de Toulouse. Le seul « monte-personne » accessible n’était pas adapté à ces justiciables non-valides. « C’est l’exemple même de ce que nous dénonçons, constate Odile Maurin, chef de file du collectif de prévenus et élue archipélienne d’opposition à Toulouse. Ces monte-charges ne fonctionnent que si l’on maintient le bouton appuyé. Pour beaucoup d’entre nous, et c’est mon cas, c’est impossible. » Ainsi, plus d’une heure a été nécessaire aux 16 prévenus pour accéder à la salle d’audience. « Les dispositifs d'accès (élévateurs, rampes...) sont conformes aux règles d'accessibilit . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Lola Cros