Certains membres du Comité des œuvres sociales des agents de la ville de Toulouse (Cosat) ont pris un peu trop à cœur les missions de cette sorte de comité d’entreprise municipal. D’après un audit réalisé en mars 2017 par le cabinet Ernst &Young, et présenté fin 2018, une quinzaine d’entre eux ont profité de leur position pour faire allouer des aides financières à des proches sans respecter les procédures d’attribution. Les auteurs du rapport ont dressé une liste, que Mediacités a pu consulter, recensant une quarantaine de bénéficiaires ainsi que leurs bienfaiteurs salariés, administrateurs ou permanents syndicaux du Cosat. Les montants ne sont pas précisés dans l’audit, mais les aides indues ont été attribuées entre 2012 et 2015 sans être validées en commission par des assistants sociaux, comme c'est la règle normalement.

Quatre personnes portant le même nom de famille qu’une certaine Marie B. ont ainsi bénéficié d’une aide sans qu’il ne soit vérifié s’ils étaient bien en droit de les obtenir. Même chose pour trois personnes liées à une Corinne M. La liste dressée par E&Y mentionne également des proches de deux membres de l’actuel bureau du Cosat : Belkacem Ouarrag, trésorier adjoint (FO), André Falba, son président actuel (FO), et Michèle Steckel, présidente (FO) du Cosat de 2009 à 2015.

On en sait plus sur ce cas récemment évoqué par France 3, et révélé dès le 20 septembre . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois