C'est un cancre hors catégorie, mais qui ne manque pas d'arguments. Installée au nord-est de Toulouse, la petite ville de L'Union atteint des sommets en matière de pénalités. Entre 2010 et 2020, la commune a dû payer à l’État 3 405 324 euros cumulés, pour ne pas avoir respecté le taux de logement social imposé par la loi solidarité et renouvellement urbain (loi SRU). C'est 8,5 fois plus que la moyenne des 37 autres communes pénalisées en Haute-Garonne.

!function(){"use strict";window.addEventListener("message",(function(e){if(void 0!==e.data["datawrapper-height"]){var t=document.querySelectorAll("iframe");for(var a in e.data["datawrapper-height"])for(var r=0;r . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois