Métro de Toulouse : les erreurs de Tisséo sur le bilan carbone de la troisième ligne

À quelques jours de la fin de l'enquête publique environnementale, plusieurs collectifs citoyens ont relevé des erreurs dans le bilan d'impact carbone de la future ligne. Celle-ci serait plus polluante que ce qu'avance Tisséo.

enquête publique environnementale
Les 6 700 pages de de l’enquête publique était consultable lors de permanences organisée dans plusieurs communes, comme ici à Labège, mais peu de citoyens ont fait le déplacement. / Crédit photo Gael Cérez

Vous l'ignorez sans doute, mais il ne vous reste plus que quatre jours pour donner votre avis sur le volet environnemental de la troisième ligne de métro à Toulouse. Un projet de 27 km de long entre Labège et Colomiers, pour la bagatelle de 2,7 milliards d'euros au minimum. Ouverte le 15 décembre, l'enquête publique sera close le 28 janvier. Une cinquantaine de documents sont disponibles sur le site de la commission d'enquête, mais plus pour très longtemps. 

Ce volumineux dossier, plusieurs collectifs l'ont analysé sous toutes les coutures pour savoir si cette infrastructure permettra réellement de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Leurs conclusions, auxquelles Mediacités a eu accès, sont mortifères pour le projet phare du maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole. Le collectif Faiseurs de ville a par exemple relevé deux erreurs majeures dans l’analyse d’impact présentée au public : une sous-estimation des émissions de gaz à effet de serre liées à la construction et une surestimation de la baisse des émissions de gaz à effet de serre à Toulouse liées à son utilisation.
Un chantier au moins deux fois plus polluant
Selon Tisséo, la construction de la troisième de ligne de métro va engendrer l’émission de 200 000 tonnes d’équivalents carbone (tC02eq). Cette unité de mesure permet de quantifier l’effet climatique de différents gaz à effet de serre. Par comparaison, le chantier devrait donc émettre autant de polluants que 16 600 Français en un an.

En se basant sur les données disponibles et sur la m . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Gael Cérez