Mobilisation contre l’A69 : vers de nouvelles dynamiques de la violence ?

Situation écologique dégradée, extrême détermination des activistes écologistes, entre désobéissance civile et pratiques plus offensives, diversité des tactiques employées et structure du cadre répressif : autant d’éléments qui interagissent et dictent la dynamique de la violence dans le conflit actuel entre les opposants à l'A69 et les forces de police. Ici, ils sont de l’ordre de l’emballement, selon David Porchon, doctorant en sciences politiques à AgroParisTech.

Février 2024 Michel Forst ONU A69 2
/ Crédit photo Alain Pitton

Le 22 et 23 février 2024, le Rapporteur spécial des Nations unies sur les défenseurs de l’environnement s’est rendu auprès des activistes de la ZAD du site dit « de Crem’Arbre », qui s’oppose à l’autoroute A69 ainsi qu’auprès des autorités locales. Sa déclaration, publiée le 29 février 2024, dénonçait des pratiques de répression « qui entrent dans le cadre de l’interdiction des traitements cruels, inhumains ou dégradants, visée par l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme et des obligations internationales de la France relatives à la Convention contre la torture des Nations unies ».

Il réclamait en particulier « une enquête et des sanctions pour les actes de privation de sommeil, de combustion de matériaux, d’allumage de feux et de déversement de produits a priori inflammables par les forces de l’ordre, qui ont pu mettre en danger la vie des “écureuils” [les militants installés dans les arbres] ».

https://www.mediacites.fr/reportage/toulouse/2024/02/22/la-repression-des-opposants-a-la69-dans-le-viseur-de-lonu/

De leur côté, le 8 mars 2024 lors d’un rassemblement républicain à Saïx, les élus décrivaient la Crem’Arbre comme « une zone de guerre avec des tranchées, et des pièges » (citation attribuée au maire de Saïx par France Bleu). Ils inscrivaient aussi les actions écologistes « parmi les heures les plus sombres de l’histoire » (selon les mots du préfet du Tarn dans le même article).

Le conflit contre l’A69 témoignerait‐il d’une nouvelle dynamique de la violence dans les conflits environnementaux ?

Le mouvement social écologiste justifie ici l’exercice de la violence par les 

Nous vous offrons l’accès à cet article

Et à toutes nos enquêtes pendant deux jours  !
Oui, on est généreux 😉 Mais pensez aussi à vous abonner  !

En renseignant votre adresse, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Profitez de toutes nos enquêtes

Les informations exclusives de Mediacités sont le fruit du travail de nos rédactions locales. Soutenez un média 100% indépendant avec 0% de publicité !
Je m’abonne pour 69 € par an ou 7,90 € par mois

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Temps de lecture : 7 minutes

Favorite

Par David Porchon (The Conversation)