Sur la mixité sociale, le zéro pointé de Pap Ndiaye : relire les enquêtes de Mediacités

Le ministre de l’Éducation nationale disait vouloir faire de la lutte contre la ségrégation scolaire sa priorité, il n’en sera finalement rien. Le 11 mai, l’annonce très attendue de son “grand plan mixité sociale” s’est transformée en un SMS laconique envoyé à quelques rédactions. Un renoncement coupable tant la situation est préoccupante, comme en témoignent les nombreuses enquêtes de Mediacités.

PapNdiaye-mixité sociale collège- ministre Education nationale
Esseulé, le ministre de l'Education nationale Pap Ndiaye a été contraint de revoir sa copie sur la mixité sociale à l'école - Capture d'écran vidéos Assemblée nationale

« L’enjeu qui se pose à nous, c’est celui de la démocratisation parce que l’école a du mal à effacer les inégalités de naissance. Elle ne favorise pas les itinéraires ascendants de celles et ceux qui sont nés dans des mondes défavorisés ». Voici ce que déclarait en février dernier le ministre de l’Education nationale Pap Ndiaye au micro de France Culture. Entretien après entretien, l’historien spécialiste de la question noire n’a eu de cesse de répéter son envie d’agir avec force pour faire reculer la ségrégation scolaire, un mal profondément enraciné en France alors que 10% des collèges publics accueillent plus de 60% des élèves de milieu social défavorisé

Le 11 mai – après six mois de report – Pap Ndiaye devait enfin détailler son « grand plan pour la mixité sociale », son combat dont il a fait un mantra depuis qu’il a enfilé ses habits de ministre de l’Education nationale il y a tout juste un an. Une conférence de presse était prévue… elle a finalement été annulée. À la place, certaines rédactions dont Le Monde et Libération ont reçu un SMS télégraphique annonçant simplement que le ministre reviendrait “sur tout cela dans les prochains jours, lors de la signature du protocole avec le privé ». Un énième report assorti d’une seule annonce : des objectifs fixés pour 2027 avec les  recteurs.

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Favorite

Par Matthieu Slisse