Tentaculaire ! Doyen Sports est le plus puissant des fonds d'investissement du football mondial. Il est dirigé par le Portugais Nelio Lucas et contrôlé par une famille d’oligarques kazakho-turcs aux connexions mafieuses, qui blanchit son argent aux îles Vierges britanniques. Doyen est surtout connu pour s'être spécialisé dans l'achat de joueurs en tierce propriété, la TPO (third party ownership) si décriée et désormais interdite. Grâce à des emails issus des Football Leaks, Mediacités et France 3 sont en mesure de révéler que le fonds a été mêlé à la tentative de rachat avortée du RC Lens par l'homme d'affaires Grégory Maquet.

17 millions pour le RC Lens

Le 5 novembre 2015, alors que le président Gervais Martel cherche depuis plusieurs mois un repreneur, L'Equipe annonce que Grégory Maquet, PDG du premier réseau d'agences immobilières belges Century 21, est intéressé par le rachat du club Sang et Or. Bien vu par les élus locaux, Grégory Maquet effectue plusieurs approches. Mais en février 2016, il jette l'éponge, faute d'avoir obtenu une réponse de l'actionnaire majoritaire, Hafiz Mammadov. En mai, quand le tribunal de commerce prononce l'ouverture de la procédure de liquidation de la holding du club, il tente une dernière fois de présenter une offre de rachat du RC Lens, mais ne parvient pas à réunir la somme.

Les documents Football Leaks, transmis à Mediacités et France 3 Nord-Pas-de-Calais par le consortium European Investigative Collaborations (EIC) et Mediapart, révèlent que Doyen Sports a été approché pour faire partie du tour de table. On y trouve notamment des échanges datés du 27 octobre 2015 entre Nelio Lucas et un Britannique nommé Luis Aparicio Echezuria, directeur du cabinet de conseil EMA of London. Echezuria explique à Lucas que ses investisseurs « recherchent un partenaire » pour acheter Lens et qu'ils ont « négocié un prix pour le club de 17 millions d'euros, 7 à la signature et le reste par étapes. » Il indique que les investisseurs en question possèdent les 7 millions d'euros mais cherchent « un partenaire pour engager les 10 millions restants. » Refus de Nelio Lucas : « Nous développons des partenariats en France et nous n'avons pas l'intention d'acheter un club ou de le financer directement. » Doyen a notamment signé un contrat avec le moteur de recherche Kayak, pour lequel le fonds a recherché des opportunités de sponsoring en France pour l'année 2015. Doyen a d'ailleurs étudié la piste d'un sponsor sur le maillot du Losc, avant d'être proche de conclure un partenariat avec le club de rugby de Toulon, finalement sans succès.

Martel : « On ne veut pas bosser avec ces gens là ! »

Gervais Martel assure ne jamais avoir entendu parler d'EMA of London et ne jamais avoir eu «  le moindre contact avec Doyen ». Et il ne veut pas en entendre parler : « Ils ont une réputation sulfureuse. On ne veut pas bosser avec ces gens là ! ». Contacté par téléphone, Luis Aparicio Echezuria a reconnu avoir conseillé Gregory Maquet pour le rachat du RC Lens. Il a indiqué que ce sont Michel Ngonge, ancien joueur ayant évolué dans les championnats belges et britanniques dans les années 1990, et son frère, Jean, qui l'ont présenté à l'homme d'affaires bruxellois. Mais il a affirmé aussi qu'il n'avait pas contacté Doyen. Or nous avons les preuves du contraire.

https://twitter.com/ForgotAboutThem/status/703588844315217921

En janvier, Gregory Maquet a été condamné en Espagne à 18 mois de prison avec sursis et à 100 000 euros de dommages et intérêts pour menace indirecte sur un ancien associé. Il dit connaître Michel Ngonge « depuis une quinzaine d’années », et avoir rencontré « une seule fois » son frère, Jean Ngonge, à la demande de ce dernier, en compagnie de Luis Aparicio Echezuria, à Londres. « C’était pour une discussion globale concernant aussi des projets d’investissement dans des sociétés immobilières, mais ce n’est pas allé plus loin, assure-t-il. Je n’attendais rien d’eux, j’étais déjà bien avancé dans le dossier lensois et ils sont venus un peu à la pêche aux infos ». En clair selon Maquet, aucun de ces intermédiaires n'était réellement impliqué dans son projet de rachat du RC Lens. « Greg a la mémoire courte ou alors sélective », conteste Luis Aparicio Echezuria,  qui assure avoir disposé d'un mandat pour chercher des investisseurs et servi d'entremetteur entre l'homme d'affaires belge et une banque britannique. Grégory Maquet dément par ailleurs avoir tenté de s'associer avec Doyen Sports pour reprendre le club. Son tour de table était constitué, selon lui, de « trois investisseurs belges », « un partenaire français potentiel » et d'une « banque anglaise »...

En 2014, EMA of London avait également approché Nelio Lucas pour lui proposer la gestion des droits à l'image d'Eden Hazard et ses trois frères. Doyen Sports s'était montré intéressé. Jean et Michel Ngonge devaient faire le lien entre le père du footballeur belge, Thierry Hazard, lui aussi ancien joueur, et le fonds d'investissement. Le projet a lamentablement échoué, les Ngonge ayant été incapables d'organiser la rencontre à Lille promise à Doyen. Mais cette affaire, révélée en décembre 2016 par Le Soir dans le cadre des Football Leaks, avait mis en lumière le nombre d'intermédiaires qui gravitent dans l'univers du ballon rond en tentant de s'approprier une part du gâteau.

football leaks logoEn coulisses

Douze journaux européens regroupés au sein du réseau European Investigative Collaborations (EIC), dont Mediapart est l’un des membres fondateurs, ont publié du 2 au 24 décembre 2016 les Football Leaks, la plus grande fuite de l’histoire du sport. Obtenus par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel et analysés par les journaux membres de l’EIC, ces 18,6 millions de documents ont permis de documenter de manière inédite la face noire du football, entre fraude et évasion fiscales, réseaux de prostitution, connexions mafieuses, ou encore exploitation de joueurs mineurs. Soixante journalistes, associés à huit informaticiens qui ont développé des logiciels spéciaux pour l’opération, ont enquêté pendant plus de six mois.

Au printemps, via Mediapart, l'European Investigative Collaborations a ouvert l'accès aux documents à Mediacités et France 3 Nord-Pas-de-Calais pour explorer les coulisses du football dans les Hauts-de-France. France 3 Nord-Pas-de-Calais et Mediacités ont également recueilli des documents et des témoignages inédits qui ne figurent pas dans les Football Leaks.