À la faveur de la vague bleue des municipales de 2014, de plus en plus d’anciens collaborateurs d’élus de droite s’implantent dans les territoires.

Le visage le plus marquant du lot ? Le maire de Tourcoing, Gérald Darmanin, 34 ans, est un « petit Sarko » avec les idées de Séguin. De la graine de politique, formée dès ses 16 ans à la fédération RPR de Paris.

Un IEP de province, à Lille, et un premier poste d’assistant parlementaire plus tard, Gérald Darmanin affiche un CV en forme de copié‐collé de ses futurs collègues de gauche. Il œuvre auprès du député européen chiraquien Jacques Toubon. Une gageure. En bout de course, Jacques Toubon n’espère ni n’attend plus rien. Aussi « Darmalin » regarde‐t‐il vite ailleurs. Il grenouille du côté du palais Bourbon.

À le voir ainsi évoluer au milieu des années 2000, certains songent à La République des camarades de Robert de Jouvenel, tableau des moeurs parlementaires de 1914, encore si contemporain : « Il existe dans les couloirs du palais Bourbon et du Luxembourg […] une population flottante de jeunes gens qui, n’ayant ni carrière, ni aptitudes spéciales, ni traitements précis, souhaitent préciser leurs aptitudes indécises et se spécialiser dans les carrières avantageuses. »

Cela tombe bien, Christian Vanneste veut compléter son « cabinet parlementaire ». Autour de lui, on ne se presse pas. Depuis sa sortie sur l’homosexualité, « une menace pour la survie de l’humanité », « inférieure à l’hétérosexualité », le député UMP du Nord sent le soufre.

Mais Gérald Darmanin n’est pas bégueule. Va pour Vanneste. Son nouveau patron n’est peut‐être pas présentable dans les médias, mais sa …

🤚STOP Cet article est réservé à nos abonnés.
 Cependant…
😀 Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !