«Dès que je m’approche de la caserne, j’ai la gorge nouée. Si la voiture du chef est dans le parking, de suite, j’ai la boule au ventre », raconte, la voix tremblante, ce pompier aguerri en service à Bailleul, petite ville de 15 000 habitants située à une trentaine de kilomètres de Lille. Sur treize pompiers professionnels, quatre sont en arrêt maladie. Soit un tiers d’entre eux. Il reproche notamment à sa hiérarchie une confusion entre management et commandement. « Le commandement se justifie en intervention pas en caserne », tranche-t-il.

Injonctions à « rentrer dans le rang », infantilisation, humiliation en public, pressions sur l’avancement de carrière ou sur la prise des gardes ou encore inégalités de traitement semblent être le lot quotidien de ces hommes. A tel point qu’ils cherchent à partir le plus loin possible. « Je demande une mutation dans n’importe quelle caserne du département, quitte à faire quatre heures de route par jour, tant que je ne travaille plus avec ce chef », espère ce pompier en souffrance.

Plusieurs signalements ont été adressés à la direction générale. Début avril, des syndicats ont manifesté en brûlant des pneus devant la caserne. « On dénonce un management très compliqué dans cette petite caserne familiale, lance David Cambré, secrétaire départemental du syndicat Sud. Plusieurs collègues sont en burn-out. » Une enquête administrative est en cours.
Danger grave imminent
Bailleul serait-elle un cas isolé ? Plusieurs semaines d’enquête nous amènent à penser que non. Un mal-être plus général semble toucher les pompiers du Nord. Au cours des derniers mois, les organisations syndicales ont lancé des alertes DGI (pour danger grave imminent) liées au management dans les casernes de Roubaix et de Tourcoing.

Un clignotant rouge s’est par ailleurs allumé depuis quelques années au Service départemental d'incendie et de secours, le plus gros SDIS de France
Le plus gros SDIS de France
L’effectif du SDIS du Nord compte 6 300 pompiers, dont plus de 2 000 professionnels et plus 4 000 volontaires. Il se répartit en 114 centres d’incendie et de . . .

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement