Fragile, en manque de visiteurs, le Dragon de Calais brûle du cash

Deux ans après son lancement, le spectaculaire Dragon des Mers n’a pas atteint le niveau de fréquentation espéré par la maire de Calais. D’après les premiers résultats financiers obtenus par Mediacités, la bête se révèle complexe et coûteuse à exploiter, et nécessite un énorme soutien municipal.

Dragon1
Le Dragon de Calais. Photo : Nicolas Barriquand

S’il ne rugit et ne souffle pas de la fumée et du feu aussi souvent qu’escompté, le Dragon de Calais est devenu en quelques mois l’organe premier de la communication municipale. La bête est spectaculaire, les touristes qui voyagent sur son dos sont généralement conquis et sa mise en service a accompagné une rénovation réussie du front de mer. Mais la mission que lui a assigné la maire Natacha Bouchart s'avère particulièrement difficile : changer l’image de la ville devenue, malgré elle, un symbole de la crise migratoire ; et donner le signal d’un renouveau économique.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Morgan Railane, Aletheia Press