Chemsex à Lille : une pratique qui se renforce et désarçonne les acteurs sociaux

La pratique du chemsex, qui consiste à prendre des drogues dans un contexte sexuel, ne cesse de se développer. Bien qu'ils soient mobilisés, les travailleurs sociaux lillois peinent à trouver une réponse adéquate à cette conduite à risques.

drogue dure Jacques 2
La pratique du “chemsex” associe la consommation de psychotropes, drogues de synthèse ou cocaïne, à l’acte sexuel. Illustration : Jean-Paul Van Der Elst.

«On veut un plan sexuel, on va sur des applications dédiées et comme il n'y est question que de prises de drogues, on s’y met à son tour », explique Christophe Fourmeau, coordinateur de l'association de prévention du sida Aides dans le Nord et le Pas-de-Calais. D'une phrase, l'intervenant social décrit la pratique du "chemsex" qui associe la consommation de psychotropes, drogues de synthèse ou cocaïne, à l'acte sexuel.

Apparu il y a une bonne dizaine d'années, le chemsex - contraction des termes anglais chemical (chimique) et sex -, est en expansion, notamment dans la communauté homosexuelle, constatent les services et travailleurs sociaux. Contacté par Mediacités, le service communication du CHR ne nous a pas livré de données. Mais chez Aides, Christophe Fourmeau a vu le nombre de demandes d'accompagnement sur le sujet passer de 20 à plus de 200 en cinq ans dans les deux départements. Pour le coordinateur, les confinements et l'isolement qu'ils ont provoqué, couplé au rôle facilitant des applications de rencontre, sont une des causes de ce développement.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Jordan Lachaux