«On veut un plan sexuel, on va sur des applications dédiées et comme il n'y est question que de prises de drogues, on s’y met à son tour », explique Christophe Fourmeau, coordinateur de l'association de prévention du sida Aides dans le Nord et le Pas-de-Calais. D'une phrase, l'intervenant social décrit la pratique du "chemsex" qui associe la consommation de psychotropes, drogues de synthèse ou cocaïne, à l'acte sexuel.

Apparu il y a une bonne dizaine d'années, le chemsex - contraction des termes anglais chemical (chimique) et sex -, est en expansion, notamment dans la communauté homosexuelle, constatent les services et travailleurs sociaux. Contacté par Mediacités, le service communication du CHR ne nous a pas livré de données. Mais chez Aides, Christophe Fourmeau a vu le nombre de demandes d'accompagnement sur le sujet passer de 20 à plus de 200 en cinq ans dans les deux départements. Pour le coordinateur, les confinements et l'isolement qu'ils ont provoqué, couplé au rôle facilitant des applications de rencontre, sont une des causes de ce développement.

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois