Président de la deuxième région de France – Auvergne-Rhône-Alpes, 7,9 millions d’habitants – et du parti Les Républicains : bêtement, on imagine l’agenda de Laurent Wauquiez plutôt chargé. Il faut croire que non… Ces jeudi 15 et vendredi 16 février d’une part, puis les 16 et 17 mars prochains d’autre part, l’élu endossera un troisième costume : celui de professeur à la prestigieuse école de commerce EM Lyon. « Il a des journées très longues », justifie son directeur de cabinet adjoint à la région quand on l'interroge sur la capacité de son patron à cumuler les rôles. Son cours, intitulé « Enjeux de société », visera à délivrer des « pistes de compréhension du monde actuel et des grands défis à venir », d’après le syllabus que s’est procuré Mediacités. Le document cite pêle-mêle le « modèle social à l’heure de la mondialisation », le « modèle républicain face aux communautarismes » ou encore « la refondation de notre système éducatif ».

Un véritable discours de politique générale ? Que nenni ! « L’objectif de ce cours est de discuter de grandes problématiques clés pour le futur. Laurent Wauquiez (…) interviendra comme expert, et évidemment de façon apolitique », écrivait très sérieusement Thierry Picq, directeur de l’innovation à l’EM Lyon, dans un mail adressé il y a quelques semaines aux étudiants concernés. Apolitique ? L’objectif demandera certainement un effort d’abstraction au patron des Républicains, quand il abordera « le diktat de la transparence » (journée 1), « le nouvel âge des populismes » (journée 2) ou « les frontières face aux flux migratoires » (journée 3). Lire ci-dessous un extrait du syllabus de son cours.

 

Ce n’est pas la première fois que Laurent Wauquiez joue au prof. En 2013 et 2014, il avait dispensé son savoir à Sciences Po Paris pour une rémunération de 3284 euros net d’après sa déclaration d’intérêts. Il était alors député maire du Puy-en-Velay. Ses quatre jours à l’EM Lyon – soit 24 heures comptabilisées – devraient lui rapporter environ 1900 euros, les vacataires étant en général gratifiés par l’école 78 euros de l’heure hors taxes, selon nos informations (« Nous ne communiquons pas ce genre d'éléments à la presse », nous fait-on savoir du côté de l'EM Lyon - lire ci-dessous En coulisses). « On ne peut pas vraiment parler d’un cours, c’est une intervention », commente un membre du cabinet du président de la région. Rien de semblable néanmoins aux nombreuses conférences organisées par l’EM Lyon, lors desquelles les étudiants viennent écouter le patron du Medef Pierre Gattaz, l’ancienne ministre Cécile Duflot ou l’humoriste Gad Elmaleh.

En interne, l’école communique bien sur la tenue d’un « cours électif », proposé en sus du programme prévu. L’établissement – qui n’a pas donné suite à nos sollicitations – a sélectionné les étudiants qui le suivront sur lettre de motivation. Les heureux élus seront évalués par Laurent Wauquiez sur la base de la rédaction d’un dossier, d'un exposé sur un enjeu de société ou encore d'une fiche de lecture sur un livre d’actualité. L’enseignant leur suggère d’ailleurs quelques références à potasser en parallèle de son cours : L’Enracinement, de Simone Weil, Comprendre le malheur français, de Marcel Gauchet ou encore… Eloge des frontières, de Régis Debray. En tout apolitisme. 

Nous avons sollicité un échange avec le directeur général de l’EM Lyon Bernard Belletante, via son directeur de cabinet. Celui-ci a décliné notre demande : « EM Lyon ayant comme politique de ne pas commenter avec la presse le contenu des cours de nos intervenants (138 professeurs et près de 450 experts extérieurs), nous ne pouvons donner suite à votre demande », nous a-t-il fait savoir par mail.