Région Auvergne-Rhône-Alpes : le rapport qui fait mal

Mediacités révèle le contenu d’une expertise sur les conditions de travail des agents de la collectivité présidée par Laurent Wauquiez. Burn-out, perte de sens, déconnexion entre le discours et la réalité : ses conclusions sont accablantes.

IMG_3727
Le siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes, à Lyon. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

«Pertes de sens et de valeurs », « des orientations floues et instables », « sentiment de ne plus faire un travail de qualité », « surcharge, stress, épuisement » d’un côté ; « sous charge, inquiétudes, perte d’estime » de l’autre… Mediacités s’est procuré le rapport que le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de la région Auvergne-Rhône-Alpes avait commandé au cabinet Actems [lire ci-dessous]. Ses conclusions, communiquées en interne jeudi 3 mai, sont particulièrement sévères pour le management de la collectivité présidée par Laurent Wauquiez. La fusion des deux anciennes régions, couplée à une réorganisation et aux changements liés à la nouvelle mandature, semble être particulièrement mal vécue par la plupart des 300 agents sondés par Actems.              

 

Le mal-être social ressenti au sein de la région Auvergne-Rhône-Alpes depuis 2015 est un secret de Polichinelle. Plusieurs journaux s’en sont fait l’écho ces derniers mois [relire notamment l’enquête d’Acteurs de l’économie-La Tribune : « Région Auvergne-Rhône-Alpes : péril en la demeure . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

A l’occasion de la journée de la presse indépendante, profitez de ce week-end portes ouvertes pour lire cet article et tous les autres :

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Nicolas Barriquand