Orchestre national de Lyon : la préretraite en or du chef Leonard Slatkin

Depuis septembre 2017, le chef américain Leonard Slatkin se désengage progressivement de la direction musicale de l’Orchestre national de Lyon. Mais cette star de la baguette de 74 ans continue d’être rémunérée 42 000 euros... la semaine !

Detroit Symphony Strike
Depuis 2011, Leonard Slatkin, par ailleurs chef d’orchestre à Detroit, aux Etats-Unis, assure la direction musicale de l’Orchestre national de Lyon (ONL). Photo : Sipa.

L’Auditorium de Lyon a annoncé son départ il y a plus de deux ans.  Mais en novembre prochain, c’est bien Leonard Slatkin qui dirigera la tournée européenne de l’Orchestre national de Lyon (ONL). Une virée aux Pays-Bas et, surtout, en Allemagne où la formation jouera pour la première fois à la Philharmonie de Berlin, un temple de la musique classique. Pour cette semaine de représentations, le chef d’orchestre touchera la modique somme de 42 000 euros. Pendant sa période de "pré-retraite" – comme auparavant –, le maestro de 74 ans continue d’être rémunéré par l’ONL plus de 40 000 euros par semaine, comme Mediacités l’a découvert. Des tarifs qui devraient lui permettre d’envisager sereinement sa retraite prévue pour 2020…     

A la tête de l’ONL depuis 2011 en tant que directeur musical, l’américain Leonard Slatkin s’apprête à passer la baguette. Mais dans le monde de la musique classique, le recrutement d’un nouveau chef est une opération délicate qu’il s’agit de ne pas précipiter. La transition s . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Mathieu Périsse