Un patron de presse à la barre d’un tribunal correctionnel, l’affaire n’est pas banale. Il est 18 heures ce lundi 8 avril quand Christophe Tostain, 48 ans, PDG du Dauphiné Libéré depuis 2013, s’avance à la barre de la 7ème chambre du tribunal correctionnel de Lyon. Grand et massif, costume sombre, le directeur du quotidien régional basé à Grenoble est poursuivi pour violences conjugales sur son ex-compagne et outrages à gendarmes. Trois d’entre eux sont présents, en uniforme, sur le banc des parties civiles. Après deux audiences de renvoi pour cause d’absence de l’accusé, c’est la troisième fois que les forces de l’ordre se présentent au tribunal.

Les faits remontent au 4 mars 2018.  Une femme, en robe de chambre, se présente dans la soirée à la gendarmerie de Tassin-la-Demi-Lune, dans l’Ouest lyonnais. Madame G. dit avoir

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois