A la mairie de Jonage, c’est copinage à tous les étages

Maire depuis bientôt 25 ans, Lucien Barge gère cette bourgade de l’Est lyonnais comme s’il s’agissait de son domaine. Attribution abusive de logements ou de commerces, salaires excessifs de collaborateur, règles d’urbanisme aménagées… Plongée dans un système clientéliste.

maire de jonage
Maire depuis 1995, Lucien Barge est élu au conseil municipal de Jonage depuis 1977. Dessin : Jean-Paul Van Der Elst.

Il est comme ça, Lucien Barge, le cœur sur la main. Besoin d’un logement pour le fiston en pleine séparation ? Pas de problème. Réserver la reprise d’un commerce pour la belle-fille d’une salariée de la mairie ? C’est possible. Se charger de l’entretien des espaces verts d’un lotissement privé ? Et pourquoi pas ! Sauf que, si Lucien Barge sait se montrer généreux avec certains, c’est avec les moyens de la commune de Jonage. Depuis 1995, cet ancien agriculteur septuagénaire, soutenu jusqu'à présent par Les Républicains (LR), préside aux destinées de cette bourgade de l’Est lyonnais – 6000 habitants, ses ribambelles de pavillons avec jardin et un ciel strié d’avions en partance ou à destination des pistes de l’aéroport Saint-Exupéry, situées à moins de 10 kilomètres du centre-ville.          

Un maire omniprésent, élu municipal depuis 1977 – « c’est passionnel », dit-il –, qui, au fil des mandats, a bétonné son fief à coups de services rendus. « Il aime montrer aux uns et aux autres qu’il leur octroie des avantages », commente le conseiller municipal d’opposition (LR) Jacques Bartier. « Il a sa clientèle », résume Sandrine Privé (ex-PS), opposante également. « C’est un petit Balkany, tonne carrément l’avocat Vincent Durand, qui a eu affaire à l’édile dans l’épineux dossier du fleuriste (nous y reviendrons). Il n’a pas compris que la mairie ne lui appartenait pas. »

La gestion de la municipalité jonageoise a fait l’objet, en février 2015, d’un rapport particulièrement salé de la Chambre régionale des comptes. Politique d’investissement conduite « dans des conditions d’information peu transparentes », « situation financière fragilisée », « manque de formalisme et de transparence » dans l’attribution des marchés publics… Les magistrats étrillaient alors la méthode Barge. Et depuis ? Mediacités s’est plongé dans les dossiers de Jonage. Favoritisme, copinage, fait du Prince : nous n’avons pas été déçus du voyage ! Florilège.          

1/ Aux enfants des adjoints, la municipalité reconnaissante
Conseil municipal du 15 mai 2017. En adoptant la 11e délibération de . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 12 minutes

Par Nicolas Barriquand