Que peut la justice contre une meute haineuse ? Pas grand-chose, jusqu'à présent, dans le cas de Julie Hainaut. Depuis plus de deux ans, cette journaliste lyonnaise attend que les auteurs d’une vaste campagne de harcèlement en ligne à son encontre soient jugés. Mardi 19 novembre, l'un des participants à ce déferlement d’injures et de menaces comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Lyon. Un seul sur des centaines.

Pour Julie Hainaut, tout a commencé le 13 septembre 2017 par une banale critique publiée dans Le Petit Bulletin, hebdomadaire culturel lyonnais pour lequel elle travaille. Pour la rubrique « guide urbain », elle rédige un article sur un bar à rhum récemment ouvert, « Première plantation ». Les patrons de ce bistrot tendance y tiennent des propos douteux sur « l’époque coloniale ». Un « esprit à la cool », synonyme d’une « période sympathique » où l’on « savait recevoir », selon leurs mots.
Insultes, menaces de mort et de viol
Julie Hainaut s’en offusque dans sa chronique. L’info est reprise dans de nombreux médias locaux, puis nationaux. Les réseaux sociaux s’en emparent. La machine s’emballe. « Je m’attendais à ce que l’article initial fasse l’objet de commentaires. Mais je ne m’attendais absolument pas à ce déferlement de haine, se souvient la journaliste. Dénoncer des propos de cette teneur ne devrait pas être sujet à polémique. » Rapidement, des internautes s’en prennent à elle, mettent en cause la véracité des propos rapportés, pourtant enregistrés. « Ils n’étaient pas sur place, n’ont rien vu, rien entendu, mais ils “savent”», résume Julie Hainaut.

Trois jours plus tard, le site néo-nazi democratieparticipative.biz, connu pour ses propos haineux, publie un article intitulé « Lyon, une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum colonialiste, mobilisation ». Le texte s’accompagne de photos de Julie Hainaut, de vidéos d’Hitler et Goebbels, d’insultes et de menaces de viol et de mort d’une rare violence. Julie Hainaut y est – entre autres horreurs – traitée de « hyène puante » ou de « serpillière à foutre africain ». Son compte Twitter est inondé de messages, tout comme son adresse mail. Le site fait l’objet d’un signalement, ferme, puis renaît. Deux autres articles du même acabit sont publiés dans la foulée.

Julie Hainaut dépose trois plaintes contre X coup sur coup. Le 20 septembre, elle écrit une tribune . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).