Rentrée périlleuse à l’Université de Lyon

Sans président depuis six mois, l'organisme chargé de fusionner trois universités et l'ENS entame une année sous haute-tension : un audit interne, que révèle Mediacités, met en lumière le malaise de ses agents, tandis que le rapprochement entre les établissements est plus contesté que jamais.

IMG_9776
L’université Lyon-3, l’une des composantes de l’Université de Lyon (site des quais du Rhône). Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Covid-19 oblige, la rentrée universitaire 2020 ne ressemblera à aucune autre. Le gouvernement a décidé de privilégier le retour des étudiants dans les amphis plutôt que les cours à distance. Ils devront donc s’adapter aux règles sanitaires, à commencer par le port du masque obligatoire dans tous les établissements de l’enseignement supérieur comme annoncé, le 27 août, par le Premier ministre Jean Castex. Mais, à Lyon, une crise autre que celle du coronavirus mine le petit monde universitaire engagé depuis plusieurs années dans un projet de méga-fusion avec la création de l’Université de Lyon (UDL).          

Ou plutôt faut-il parler d’une double crise ? Interne d’abord, avec le malaise ambiant qui règne parmi les personnels de l’UDL et que met en exergue un audit que Mediacités s’est procuré [lire plus bas]. Institutionnelle ensuite, alors que l’université Jean-Monnet de Saint-Etienne, une des quatre composantes de « l’université-cible », menace

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 11 minutes

Par Jennifer Simoes