Les nouvelles et coûteuses dérives du Football club de Vaulx-en-Velin

Placé sous tutelle municipale et sous le coup d'une enquête pour escroquerie et abus de confiance, le FC Vaulx n'en finit pas de susciter de mauvaises surprises. Mediacités a eu connaissance de nouvelles créances, alors que des flux financiers liés aux transferts de joueurs professionnels, dont Nabil Fekir, demeurent difficilement traçables.

SIPA_00948899_000026
Nabil Fekir évolue au Bétis Séville, où son transfert a dû faire l’objet de deux commissions versées à son club formateur, le FC Vaulx. Photo : Sipa.

C’est l’association sportive la plus subventionnée par la ville de Vaulx-en-Velin. Et de loin. Cet été encore, le conseil municipal a accordé une dotation de quelques 250 000 euros au FC Vaulx, le club de football connu pour avoir formé Nabil Fekir ou Rachid Ghezzal, tous deux passés par l’Olympique lyonnais. Un montant justifié par le rôle éducatif du club dans la commune la plus jeune et la plus pauvre de la métropole. Mais le maintien de cette enveloppe interroge, alors même que le club n’en finit plus de connaître des déboires financiers, comme Mediacités est en mesure de le révéler [lire plus bas].                 

Retour en 2019. La maire socialiste Hélène Geoffroy, réélue depuis, présente en conseil municipal les résultats d’un audit commandé au cabinet Deloitte, pour 23 000 euros, sur le FC Vaulx. L’épais document révèle alors

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Antoine Sillières