Matières dangereuses : la gare de Sibelin, bombe à retardement aux portes de Lyon

Ammoniac, chlore, déchets nucléaires… En septembre dernier, la justice a considéré que les services de l’État avaient mal « apprécié » la dangerosité de la gare de triage implantée entre Solaize et Feyzin. Au cœur de la vallée de la Chimie, le site compte parmi les plus importants de France pour le transit de matières dangereuses.

Accident-Sibelin
Le 17 mars 2017, un convoi d’éthanol déraille à la gare de triage de Sibelin. / © Photo : SDMIS69.

L’État ne protège pas correctement les habitants de la vallée de la Chimie. C’est la justice qui le dit. Au début du mois de septembre 2020, le tribunal administratif de Lyon a invalidé l’arrêté préfectoral qui régit la sécurité de la gare de triage de Sibelin. Là, au sud de l’agglomération lyonnaise, le long de l’A7, transitent 200 wagons de matières dangereuses chaque jour. D’après la décision de justice, l’étude de dangers conduite par SNCF Réseau (la branche de la SNCF chargée de la gestion des infrastructures ferroviaires) se révèle

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 9 minutes

Par Antoine Sillières