L’État ne protège pas correctement les habitants de la vallée de la Chimie. C’est la justice qui le dit. Au début du mois de septembre 2020, le tribunal administratif de Lyon a invalidé l’arrêté préfectoral qui régit la sécurité de la gare de triage de Sibelin. Là, au sud de l’agglomération lyonnaise, le long de l’A7, transitent 200 wagons de matières dangereuses chaque jour. D’après la décision de justice, l’étude de dangers conduite par SNCF Réseau (la branche de la SNCF chargée de la gestion des infrastructures ferroviaires) se révèle

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !