Euronews : « l’Erasmus de l’information » plus menacé que jamais

Déficit abyssal, plan social douloureux et Bruxelles qui vient de décider de lui couper les vivres… Vrai-faux service public, la chaîne d’info « paneuropéenne » implantée à Lyon, contrôlée par un magnat égyptien adepte des paradis fiscaux, accumule difficultés et déboires. Au point de mettre en péril son existence ?

Euronews
Le « cube vert », à Lyon, siège d’Euronews. La chaîne a été lancée en 1993. Photo : Nicolas Barriquand/Mediacités.

Mais qu’est-ce qui cloche au sein du cube vert pomme de la Confluence, siège d’Euronews ? Pour la deuxième fois en cinq ans, « la chaîne d’information paneuropéenne multilingue » implantée à Lyon subit un plan social. Une quarantaine de postes sont menacés, soit 10% des effectifs, après une première purge, en 2016, d’une centaine de salariés. Euronews enregistre des pertes financières qui se chiffrent en dizaines de millions d’euros - plus de 22 millions d’euros de déficit en 2019 - pour un chiffre d’affaires annuel (hors subventions) d’environ 50 millions d’euros.           

Contrôlée depuis 2015 par Naguib Sawiris, un milliardaire égyptien adepte des paradis fiscaux [lire plus bas], la chaîne d’info en continu se débat dans les difficultés économiques. Sans surprise, peut-on écrire quand on se penche sur l’histoire d’Euronews. Bien que considérée comme « un organisme à but d’intérêt général européen », ce média n’a toujours été

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 13 minutes

Par Eva Thiebaud