À la cour d’appel de Lyon, la salle d’Aguesseau résonne du va-et-vient des avocats drapés dans leurs toges. Dans ce décor, un grand téléviseur à écran plat tranche avec l’austérité du lieu. Une avocate munie d’une télécommande tente de régler la caméra plantée au-dessus. Un homme apparaît brièvement, le temps d’entrevoir son uniforme de l’administration pénitentiaire, puis laisse place à un détenu.

Agité, la trentaine, celui-ci enlève à moitié son masque. « J’entends pas ce que vous dites Madame ! », crie-t-il. Son audience se déroule péniblement, un grésillement parasite les échanges du début à la fin. « J’entends mal, j’entends rien ! J’ai pas un dernier mot à dire ? », interpelle le détenu alors que le juge s’apprête

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois