Santé mentale : à Vaulx-en-Velin, les enfants victimes d’un système à bout de souffle

Pour les enfants en attente de soins, la commune est en passe de devenir un désert médical faute de psychiatres, de psychologues ou d’orthophonistes. En réponse, l’hôpital du Vinatier compte sur un projet de réorganisation et souhaite orienter davantage les familles vers un secteur libéral pourtant quasi inexistant sur le territoire.

1024-768
Manifestation du collectif Enfants en souffrance, devant l’hôtel de ville de Vaulx-en-Velin, en mai 2021. Photo : Collectif Enfants en souffrance

«Ici, c’est un luxe de prendre soin de nos enfants. » Devant l’école primaire Gabriel Garcia Lorca de Vaulx-en-Velin, Leïla Yahyaoui contient à peine sa colère. Un sentiment d’abandon ne la quitte plus depuis le parcours d’obstacles qu’elle a dû traverser avec sa fille, aujourd’hui âgée de 8 ans. Son récit, des dizaines d’autres familles l’ont vécu ici : un enfant qui entre en CP, des premières difficultés d’apprentissage qui s’accumulent doucement jusqu’à ce que les enseignants lui suggèrent d’aller voir un orthophoniste, puis le début de la galère.

A Vaulx-en-Velin, ou près de 20% des élèves souffrent de troubles du langage, seule une poignée d’orthophonistes prennent encore de nouveaux patients. Le plus souvent avec des délais d’attente à rallonge... quand il y a encore une liste d’attente. « Je suis allée frapper à toutes les portes, j’ai appelé partout. On me disait qu’il n’y avait rien avant un an, parfois deux. Pour un enfant en CP, on ne peut pas attendre aussi longtemps ! », se souvient Leïla Yahyaoui. 

« Soit on laisse notre enfant couler, soit on fait des kilomètres »

Faute de mieux, la jeune femme trouve une place dans un cabinet du 3e arrondissement de Lyon. Une heure aller-retour en voiture, presque le double en transports en commun. « J’ai trois enfants. Je faisais les trajets pour ma fille, avec les embouteillages sur le périphérique. Et en rentrant, il fallait encore donner le bain à tout le monde, faire à manger, les coucher… C’est épuisant, mais on n’a pas vraiment le choix. Soit on laisse notre enfant couler, soit on fait des kilomètres », lâche la jeune femme, qui a depuis trouvé une autre place plus près, à Décines.
200 enfants en attente
Combien d’enfants patientent ainsi à Vaulx-en-Velin ? Au printemps dernier, le collectif Enfants en souffrance, qui rassemble des familles, des enseignants et des professionnels du secteur médico-social, a sondé les écoles primaires pour tenter de mesurer la pénurie. Verdict : au moins 200 enfants étaient en attente d’un rendez-vous chez un orthophoniste au mois d’avril.

L’embouteillage concerne l’ensemble du secteur médico-social. Toujours selon les chiffres du collectif, 87 enfants attendent une place en Services d’éducation spéciale et de soins à domicile (Sessad), 25 n’avaient pas d'accompagnant d'élève en situation de handicap (AESH) en milieu scolaire, 51 enfants auraient besoin d’un bilan en centre de référence des troubles du . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Mathieu Périsse