Le gouvernement veut dissoudre un groupe antifasciste lyonnais

Le ministère de l’Intérieur reproche au Gale de « légitimer le recours à la violence », notamment contre l’extrême-droite, et d’appeler à la haine envers la police. Fondée sur une nouvelle disposition de la loi « séparatisme », cette procédure est la première à viser une organisation d’extrême-gauche depuis quarante ans.

2022-03-Antifas-Guillotiere-ExtremeDroite-Policiers
Rassemblement, à l’appel de militants antifascistes, contre la venue de Jordan Bardella (RN) à Lyon, pour une émission de CNews, le 24 novembre 2021. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Le ministère de l’Intérieur a formellement lancé la dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale)*, un collectif autonome qu’il assimile à un « groupement de fait incitant à la haine et à la violence » [comme l'ont annoncé, le 18 mars, nos confrères de Rue89Lyon]. Cette procédure, la première à viser un groupe d’extrême gauche depuis la dissolution d’Action directe en 1982, est aussi la première à se fonder exclusivement sur une nouvelle disposition de la loi « séparatisme », entrée en vigueur en août 2021. Le texte a ajouté un motif de dissolution à une liste déjà étoffée : la provocation « à des agissements violents à l’encontre des personnes ou des biens ». 

Le projet de décret, que Mediapart a pu consulter [lire à la fin de l'article, l'encadré "En coulisses"], a été notifié le 17 mars à un militant antifasciste désigné par le ministère de l’Intérieur comme « l’un des fondateurs et dirigeants » du Gale, ce qu’il dément. Sur cinq pages, les autorités exposent leurs arguments en faveur d’une dissolution : les termes employés par le groupe antifasciste sur les réseaux sociaux au sujet de l’extrême-droite et de la police, les publications qu’il relaie et sa participation supposée à des manifestations violentes. 

Pour Agnès Bouquin et Olivier Forray, les avocats du collectif, la procédure de dissolution vise « les idées antifascistes en elles-mêmes », c’est-à-dire « des valeurs protégées par l’ensemble des textes conventionnels, constitutionnels et légaux ». Ils viennent de faire parvenir la réponse du Gale au ministère, à l’issue du délai de dix jours qui leur était accordé.

D’après les avocats, « cette procédure de dissolution trouve sa seule justification dans la proximit . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Camille Polloni (Mediapart)