Le rendez-vous était attendu depuis plusieurs semaines. Jeudi 12 mai dernier, des acteurs de la lutte contre les addictions ont présenté à plusieurs élus de la ville de Lyon, dont Céline De Laurens, adjointe au maire chargée de la Santé, les résultats d’une étude financée par l’Agence régionale de santé (ARS) et menée par l’association Oppelia-Aria. Son sujet ? Les évolutions de la consommation de drogues dans l’agglomération et l’opportunité ou non d’ouvrir des salles de consommation à moindre risque ou « SCMR ».        

Ces lieux, parfois appelés « salle de shoot » par leurs détracteurs, ont officiellement été rebaptisés « Haltes soin addiction » à l’occasion d’un arrêté ministériel de janvier 2022. Expériment . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois