Les « bœuf-carottes » de la Métropole de Lyon menacés d’éclatement

Au sein du Grand Lyon, une quinzaine d’agents, les contrôleurs de gestion, sont chargés d’évaluer les politiques conduites et le fonctionnement de la collectivité. Mais un projet de réorganisation de leur service met en péril leur marge de manœuvre et braque l’équipe.

202210-Controle de gestion-Grand Lyon
Au siège de la Métropole de Lyon, dans le 3e arrondissement de Lyon. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Les carottes sont-elles cuites pour les « bœuf-carottes » ? Ce mardi 18 octobre, une réunion du comité technique de la Métropole de Lyon doit se pencher sur le sort des contrôleurs de gestion de la maison. Dans le monde des collectivités territoriales, ces agents de catégorie A ont hérité du sobriquet de la police des polices. Leur rôle ? Ausculter le fonctionnement des divers services qui composent leur collectivité et évaluer ses politiques publiques, souvent à l’aide de tableaux de bord qu’ils contribuent à bâtir. « Pour l’administration comme pour les élus, le contrôle de gestion est un outil d’aide à la décision », résume Arafat Benamer, responsable de cette mission au sein du conseil départemental de la Moselle.

Mais revenons au Grand Lyon. La Métropole présidée par l’écologiste Bruno Bernard compte 16 contrôleurs de gestion. La moitié se consacre aux services, organisés par délégations (transition environnementale et énergétique, urbanisme et mobilités, développement responsable,  etc.). On parle alors de « contrôle interne ». L’autre moitié s’occupe des satellites de la collectivité : l’agence de développement Aderly, l’autorité organisatrice des transports Sytral, le musée des Confluences ou encore la Société publique locale Lyon Part-Dieu, chargée de l’aménagement du quartier. On parle cette fois-ci de « contrôle externe ».

« Internes » comme « externes », les contrôleurs de gestion sont vent debout contre un projet de réorganisation de leur service comme l'a révélé une étude d'impacts conduite… en interne [lire plus bas]. Selon eux, la réforme en cours de finalisation mettra en péril leur capacité d’agir. « Et ils ont raison, car ils se retrouveront dans une position où ils ne pourront plus travailler, prévient Alain Pérelstein, ancien responsable du contrôle de gestion de la région Hauts-de-France . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Nicolas Barriquand