Long Ma, machine nantaise et marionnette politique chinoise

Le zoo de Beauval a son bébé panda, Nantes son énorme dragon. Le point commun entre les deux animaux ? La volonté de leur pays d'origine, la Chine, de s'offrir une meilleure image. Quand les Machines de l'île participent à la construction du "soft power" chinois...Enquête au croisement de la diplomatie, de la culture et du business.

Long Ma
Long Ma, le cheval-dragon des Machines de l’île / Photo Wikipedia Common – Lionel

La bête est impressionnante. 48 tonnes, 12 mètres de haut, d’énormes naseaux d’où s’échappe une fumée blanche… Jusqu’au 9 février, Long Ma est exposée, endormie, sous les nefs des Machines de l’Ile, en lieu et place du grand éléphant en rénovation. Un intérim de courte durée : depuis sa construction en 2014, la vocation du cheval-dragon jaune n’est pas de batifoler en bord de Loire, mais bien de trotter autour du monde. Pour le plaisir des petits et des grands, croyez-vous ? Pas uniquement. En vérité, son propriétaire poursuit un autre objectif : servir les intérêts de la Chine.

L’histoire de Long Ma débute en 2014 avec les festivités du 50e anniversaire de la réouverture des relations diplomatiques entre la Chine et la France. En mars, Jean-Marc Ayrault, alors Premier Ministre, offre au président chinois Xi Jinping en visite en France le croquis original du cheval-dragon dessiné par le nantais François Delarozière. Quelques semaines plus tôt, le directeur artistique de la compagnie La Machine avait été contacté par l’ambassade de France en Chine pour mettre en scène un spectacle grand public à Pékin dans le cadre de cet anniversaire. Cerise sur le gâteau, l’ambassade française lui avait même trouvé un financeur : Adam Yu, un riche mécène chinois.

Grâce à cet habile tour de passe-passe diplomatico-financier, la Chine se payait à elle-même un évènement créé par la France. Et tout le monde était content. Seule condition imposée par les Chinois : François Delarozière devait se remettre à sa planche à dessin. Oublié le minotaure imaginé à l’origine. Plutôt qu’un monstre mi-homme mi-taureau tiré de la mythologie grecque, le généreux donateur préfèrerait quelque chose de plus… chinois. Va donc pour le dragon (long, en mandarin), symbole ancestral de la puissance de l’empereur. La couleur non plus n’est pas choisie au hasard : le jaune indique le summum de la puissance et la divinité.

Après huit mois de construction dans les ateliers de la Compagnie La Machine à Nantes, voilà donc notre fameux Long Ma déambulant pour la première fois devant le public, trié sur le volet, du parc Olympique de Pékin. Officiellement, l’histoire aurait dû prendre fin ici, le cheval-dragon, cadeau généreusement offert par la France grâce à des fonds chinois, restant . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Antony Torzec