Urbanisation : un bâtonnier dans les roues de Nantes métropole

La folle croissance démographique de Sainte-Luce-sur-Loire, imposée en partie par Nantes Métropole, coûte aujourd'hui très cher à la commune. L'ancien bâtonnier Michel Taupier, en charge de l'enquête publique sur la modification des règles d'urbanisme, a aussi perdu son poste dans l'histoire.

Michel Taupier
L’ancien bâtonnier du barreau de Nantes, Michel Taupier / Photo: GF/PressPepper pour Mediacités

Il « tutoie » Lionel Jospin et son fils, Joris, a pour parrain – excusez du peu – François Mitterrand. C’est à ce genre de signes qu'on reconnaît une figure de la gauche nantaise. Et, même si son nom n’est pas particulièrement connu du grand public, le moins que l’on puisse dire, c’est que Michel Taupier en est une. Depuis longtemps. En 1977, il est  pressenti pour prendre la tête de la liste socialiste à l’élection municipale de Saint-Herblain. Il renoncera finalement « pour voir grandir son fils », dit-il, mais aussi pour développer son cabinet d'avocats naissant. La section locale du PS confie alors le flambeau à un autre camarade. Un certain... Jean-Marc Ayrault. On connaît la suite.

Les chemins entre les deux hommes n'auront ensuite de cesse de se croiser : après l'élection de JMA à l'Hôtel de ville de Saint-Herblain, le futur bâtonnier de l'ordre des avocats de Nantes (1989-1990) défendra les intérêts de la commune et ceux de son maire (1977-1989), à titre personnel. Avant que leurs relations ne finissent par considérablement se refroidirEn 2008, Michel Taupier s'est symboliquement présenté face à JMA, lors des élections municipales, en dernière position de la liste « Nantes à gauche toute », celle du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot… C'était « juste pour le faire chier », admet-il aujourd'hui. Pourquoi ? Parce que l'ancien prof de droit aux universités de Nantes et Rennes (1962-1979) avait pris ombrage que le futur Premier ministre (2012-2014) n'ait « jamais répondu » à son offre de services pour « s'occuper de la question des droits de l'Homme » dans sa future équipe municipale... « Pascal Bolo était venu me voir le jour de la présentation de la liste, à la Manufacture, pour me dire que je n'avais pas besoin de ça pour exister », maugréé-t-il. Aux élections municipales suivantes, en 2014, Taupier – qui . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Guillaume Frouin (PressPepper)